10 fautes de français que les jurys ne vous pardonneront pas

10 fautes de français que les jurys ne vous pardonneront pas

Un jour de concours, mieux vaut éviter ces maladresses couramment utilisées à l’oral :

  • Bonjour Messieurs-dames.
    Bonjour Mesdames/Madame, bonjour Messieurs/Monsieur : pensez-y en arrivant face au jury.
  • Il est venu en mode vacances.
    Il est venu décontracté : il est préférable d’éviter les expressions à la mode lors d’un oral de concours.
  • Elle s’est faite couper les cheveux.
    Elle s’est fait couper les cheveux : suivi d’un infinitif, le participe passé « fait » est invariable (mais on entend la liaison quand on dit « elle s’est fait opérer »).
  • Je me suis permise de téléphoner.
    Je me suis permis de téléphoner : le participe passé, bien qu’employé avec l’auxiliaire être, ne s’accorde pas car le verbe est pronominal et suivi du COD.
  • Il a mis la barre trop haute.
    Il a mis la barre trop haut : dans ce contexte, il s’agit de l’adverbe et non de l’adjectif, donc il est invariable.
  • Je me rappelle de cette règle.
    Je me rappelle cette règle : on dit « se rappeler quelque chose », mais « se souvenir de quelque chose ».
  • Son hypothèse s’est avérée vraie.
    Son hypothèse s’est révélée vraie : « s’avérer vrai » un pléonasme car « s’avérer » signifie « se révéler vrai ».
  • J’ai fermé la salle après que tout le monde soit sorti.
    J’ai fermé la salle après que tout le monde est sorti : « après que » est suivi de l’indicatif et non du subjonctif.
  • Je lui ai rendu son argent malgré qu’il ait refusé.
    Je lui ai rendu son argent malgré son refus ou bien qu’il ait refusé : « malgré » est toujours suivi d’un groupe nominal.
  • Si je serais reçu au concours, je serais soulagé.
    Si j’étais reçu au concours, je serais soulagé : après « si », le verbe n’est jamais au conditionnel.

Suivez toute l’actualité des recrutements des métiers de la fonction publique
sur la page Facebook de Vocation Service Public.