5 milliards d’euros par an, le coût de la revalorisation des rémunérations publiques

5 milliards d'euros par an, le coût de la revalorisation des rémunérations publiques

Après plusieurs années d’annonces politiques sur la diminution des dépenses publiques et de coupes dans les effectifs des fonctionnaires, le rapport sur la masse salariale de l’État, rendu public le 9 septembre par la Cour des comptes, tombe particulièrement mal.

Les négociations engagées avec les syndicats par la ministre de la Fonction publique, Marylise Lebranchu, sur la revalorisation des carrières et les rémunérations des fonctionnaires n’avaient jusque-là jamais été chiffrées. C’est maintenant chose faite avec l’estimation du rapport de la Cour des comptes qui indique qu’à l’horizon 2020, cette réforme pourrait coûter de 4,5 à 5 milliards d’euros par an pour l’ensemble de la Fonction publique.

Le temps de travail des agents publics est également pointé du doigt. Les régimes dérogatoires permettent à de nombreux fonctionnaires soit de ne pas travailler les 1 607 heures annuelles minimum requises, soit, s’ils atteignent ce plafond, de percevoir une rémunération supplémentaire qui, selon la Cour, coûte 300 millions par an.