Les établissements publics de recherche ayant le statut d’EPIC recrutent

ADEME, BRGM, CEA, CNES, CSTB, IFPEN, IFREMER

Les établissements publics de recherche ayant le statut d'EPIC recrutent

En dehors des universités qui sont sous la tutelle du ministère de la Recherche et de l’Enseignement supérieur, et des établissements publics scientifiques et techniques (EPST) qui emploient des fonctionnaires, d’autres structures de recherche existent avec un statut d’EPIC (Établissement public à caractère industriel et commercial), mais leurs chercheurs ne sont pas fonctionnaires. Voici les principales :

ADEME

L’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie L’ADEME est un EPIC placé sous la tutelle du ministère de l’Écologie. Sa mission est de favoriser la démarche environnementale et la transition énergétique dans les domaines de la gestion des déchets, de la préservation des sols, de l’efficacité énergétique et des énergies renouvelables, de la qualité de l’air et de la lutte contre le bruit.

- Le site de l’ ADEME : http://www.ademe.fr.
- Sa page de recrutement : http://www.ademe.fr/lademe-recrute

BRGM

Le Bureau de recherches géologiques et minières a été créé en 1959. C’est un EPIC placé sous une tutelle multiple : ministère de l’Éducation nationale, ministère de l’Écologie, ministère de l’Économie et l’Industrie.

1 100 personnes dont 700 ingénieurs et chercheurs assurent des "études géologiques et la compréhension des processus liés au sol et au sous-sol, par l’observation et la modélisation".

L’espace emploi du BRGM : http://www.brgm.fr/emploi/emploi

CEA

Le Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives est à la fois un EPST et un EPIC, centré sur la technologie nucléaire sous toutes ses formes qui participe à la recherche dans les domaines de l’énergie, de la défense, des technologies de l’information, des sciences de la vie et de la santé. Ses missions l’orientent vers le développement d’application du nucléaire dans les domaines de la défense, de la médecine et de la science avec environ 16 000 salariés. Le Cea recrute, toute l’année et sans concours, essentiellement sur titre, des personnels de recherche et d’ingénierie.

Le recrutement : http://moorea.cea.fr/Web/Accueil.aspx

CNES

Le Centre national d’études spatiales emploie 2 450 personnes pour le développement de la politique spatiale de la France dans 5 grands domaines stratégiques : Ariane, les sciences, l’observation, les télécommunications et la défense. Plusieurs centres accueillent les activités du CNES : le centre spatial de Toulouse pour la conception des systèmes orbitaux, la direction des lanceurs pour le développement des systèmes de lancement, le centre spatial guyanais pour la mise en oeuvre des lanceurs européens et le siège social pour l’élaboration de la politique spatiale.

Le site du CNES : www.cnes.fr, onglet "nous rejoindre"

CSTB

Le Centre scientifique et technique du bâtiment est placé sous le tutelle du ministère en charge de la construction, actuellement le ministère de l’Écologie. Il a pour mission de "rassembler, développer et partager avec les acteurs de la construction les connaissances scientifiques et techniques déterminantes pour faire progresser la qualité et la sécurité des bâtiments et de leur environnement."

Le CSTB intervient dans les domaines de la recherche ; de l’expertise et du conseil pour l’élaboration des règlements, normes, certifications et législation ; dans l’évaluation des pratiques de construction et d’utilisation des matériaux ; dans la diffusion de l’information par des publications. En 2013, l’effectif était de 916 personnes auxquelles s’ajoutent les agents des nombreuses filiales du CSTB.

- Le portail du recrutement : http://talents.cstb.fr/accueil.aspx?LCID=1036
- Les coordonnées des filiales du CSTB : http://www.cstb.fr/cstb/filiales/

IFPEN

L’Institut français du pétrole énergies nouvelles dispose de financements majoritairement publics mais également privés à des fins de recherches centrées sur l’innovation vers les énergies pour relever les défis posés par la baisse des ressources pétrolières et la transition énergétique vers des énergies durables. L’institut joue aussi un rôle de soutien de l’activité économique française et européenne et de la compétitivité des filières de l’énergie. En 2013, l’institut comptait 1 661 collaborateurs dont 1 139 chercheurs.

La page du recrutement de l’IFPEN

IFREMER

L’institut français de recherche pour l’exploitation de la mer prend ses racines en 1861, avec le premier Service technique des pêches maritimes auquel le Général de Gaulle ajoutera, en 1958, un pôle de recherches marines et sous-marines. L’appellation IFREMER est créée en 1984 et l’institut prend sa forme actuelle afin de contribuer "à la connaissance des océans et de leurs ressources, à la surveillance du milieu marin et du littoral et au développement durable des activités maritimes." Il possède une très grande partie de la flotte océanographique française, des systèmes sous-marins et équipements lourds mobiles.

1 600 collaborateurs sont répartis dans les 26 implantations sur le territoire français.

La page du recrutement de l’IFREMER

Voir aussi les EPST

(Établissements publics scientifiques et techniques)