"Affecter les fonctionnaires là où c’est le plus utile."

"Affecter les fonctionnaires là où c'est le plus utile."

Interrogée sur BFM-TV et RMC, Najat Vallaud-Belkacem, porte-parole du gouvernement, a réaffirmé la volonté du gouvernement de faire 50 milliards d’euros d’économies avant la fin du mandat de François Hollande.

Cette affirmation venait en réponse aux doutes exprimés dans le propre camp du Président par le sénateur PS Gaëtan Gorce qui indiquait sur son blog que "François Hollande n’a ni les moyens ni la volonté de dégager 50 milliards d’économies supplémentaires" et que cette annonce n’était "qu’un leurre destiné à enfumer la Commission (européenne)".

Questionnée sur le nombre de fonctionnaires et sa possible diminution, Najat Vallaud-Belkacem à répondu que lorsque que "nous interrogeons la pertinence des politiques publiques, s’il apparaît qu’il vaut mieux se recentrer sur quelques politiques publiques phares et laisser de côté d’autres qui apparaissent moins utiles, cela aura des conséquences, évidemment, en termes de gestion du personnel."

Mais la porte parole du gouvernement a tenu à rassurer : "nous nous refusons à nous fixer des objectifs fixés à l’aveugle. Le Premier ministre a demandé à Marylise Lebranchu d’ouvrir des négociations dans la fonction publique pour faire en sorte d’affecter les fonctionnaires là où c’est le plus utile. Quel résultat cela aura sur le nombre global de fonctionnaires ? Je ne peux pas répondre."