Cette rubrique est parrainée par la Banque Française Mutualiste

Aurélie, 26 ans, secrétaire administrative responsable du pôle sécurité intérieure et routière au cabinet d’un préfet

Aurélie, 26 ans, secrétaire administrative responsable du pôle sécurité intérieure et routière au cabinet d'un préfet

J’ai 26 ans, en poste depuis moins de 2 ans en préfecture. J’avais orienté mon cursus universitaire vers une carrière « internationale » : j’ai travaillé quelques mois et passé un master de droit international à l’étranger. Ne souhaitant pas m’engager dans un métier juridique, je me suis intéressée aux métiers de la Fonction publique offrant une mobilité géographique et fonctionnelle intéressante, et également des postes diversifiées.

A mon retour de l’étranger, j’ai suivi la formation dispensée par l’IPAG, et ai commencé à me préparer aux concours de façon générale. Mon choix s’est vite tourné vers la Fonction publique d’Etat, en particulier pour les postes proposés par le ministère des Affaires étrangères et celui de l’Intérieur, dont les domaines correspondaient plus à mes compétences.

Je me suis donc inscrite à plusieurs concours, dont certains juste pour voir ce à quoi ressemblait un concours.

J’ai décroché le concours de secrétaire administrative du ministère de l’Intérieur. Inscrite à la dernière minute, et 16e sur liste complémentaire, mes premières fonctions ont été de répondre aux administrés et effectuer un suivi administratif de dossiers.

Si j’ai pu choisir mon lieu d’emploi dans une liste, je n’ai pas choisi le poste que j’allais occuper. Cela n’a pas été évident au début car je n’avais aucune connaissance du poste, des fonctions, ni de mon environnement professionnel. Tout était nouveau, je sortais de la fac, et mon principal emploi saisonnier avait été animatrice en centre de loisirs…

Il m’a fallu plusieurs mois pour assimiler mes fonctions et comprendre le fonctionnement de mon service. Je suis aujourd’hui responsable du pôle sécurité intérieure et routière au cabinet du Préfet. Et je m’épanouis dans un travail dont je n’avais jamais entendu parler il y a 2 ans.