Cette rubrique est parrainée par la Banque Française Mutualiste

Céline, contrôleuse des finances publiques admise au concours interne d’inspecteur

Voici mon parcours et mon « évolution » à la DGFiP.

En 2006, je décide de passer les concours du trésor public et des impôts, en tant qu’agent. Parallèlement, je passe également le concours d’agent technique de la police scientifique.

Je réussis alors les différentes épreuves du concours d’agent technique de la police scientifique, il ne me reste plus que l’épreuve physique.

En même temps, je suis placée sur liste d’attente (complémentaire) en tant qu’agent de constatation et d’assiette des impôts. Dans le courrier, on me précise que si je ne suis pas appelée pour prendre un poste au début des épreuves du concours organisé en 2007, et au plus tard un an après cette lettre, je perds alors le bénéfice du concours. Je m’inscris donc pour la prochaine session.

D’un autre côté, étant enceinte de quelques mois, je n’ai pu passer les épreuves physiques d’agent technique de la police scientifique. Je passe donc la 1ère épreuve en juin 2007 (le fameux QCM) du concours d’agent de constatation et d’assiette des impôts.

Je réussis une nouvelle fois et attends de passer en septembre la 2e épreuve. Mais quelques jours avant les épreuves écrites n°2 et 3 du concours d’agent, je reçois une lettre en recommandé me demandant de me présenter au lieu de stage pour devenir agent de constatation et d’assiette des impôts suite au rappel de la liste complémentaire du concours 2006. J’intègre alors l’ex DGI.

J’ai suivi le stage initial « C10 » de quatre semaines, et commencé à exercer loin de chez moi (je vis dans l’Oise), à Noisy-le-Sec, quelques jours seulement car je suis entrée rapidement en congé de maternité. Cela a été une grande première pour moi. La joie de découvrir aussi l’envers du décor : les affectations loin de chez soi, malgré la situation familiale, les obligations du fonctionnaire… etc.

C’est vrai que c’était un peu la douche froide après l’euphorie de la réussite au concours. Puis après un congé parental d’un an, j’ai occupé divers postes : au service des entreprises de St-Denis, au centre des impôts puis au service des entreprises de Creil.

Tout au long de ce parcours, j’ai pu bénéficier de la formation continue pour pouvoir occuper de nouvelles missions dans ces différentes structures (un des gros avantages de cette direction).

J’ai à deux reprises passé les concours externes de contrôleur des impôts et du trésor, échouant soit au QCM, soit après les épreuves écrites. Puis, quand j’ai eu enfin l’ancienneté nécessaire pour le passer en interne, je me suis alors inscrite à la préparation offerte par la DGFiP, et me suis inscrite au concours.

En 2012, je passe donc les épreuves écrites et suis admise à passer l’épreuve orale en mars 2013. Je suis admise sur liste principale, et commence une formation de sept mois à l’ENFiP de Noisy-le- Grand en octobre 2013.

Je suis actuellement en fin de scolarité de contrôleur, et je vais entamer le stage d’application en services. Je dois dire que c’est une année riche et intense, avec des périodes plus ou moins difficiles et plus ou moins stressantes, mais que doivent dire les « vrais » externes qui découvrent et doivent tout apprendre : je leur tire mon chapeau. Mais c’est aussi une super expérience humaine : on rencontre des gens de tous horizons et on fait même de superbes rencontres.

Aussi, durant cette année, j’ai également décidé de passer en externe et en interne le concours d’inspecteur des finances publiques. J’avais déjà l’an dernier passé ce concours en externe sans parvenir à passer le cap des épreuves écrites pour aller à l’oral.

Mais cette année, je suis admise à passer les épreuves orales en externe et en interne : quelle chance !!! Je travaille donc au mieux et pour ma scolarité et pour le concours, ce qui je dois dire n’a pas été toujours évident car j’avais en plus ma vie de famille (maman de 3 enfants) et les 4 heures bien tassées de transport pour aller à l’école.

En janvier 2014, je passe donc ces fameuses épreuves orales, et le 28 février je découvre mon nom sur la liste complémentaire du concours externe et sur la liste principale du concours interne : Waouh !!!

Je vais repartir une année à l’ENFiP !!! Et cela signifie de gros changements dans ma vie : car en effet sur sept mois, cela a été plutôt difficile mais gérable de faire les trajets matin et soir pour aller à l’ENFiP, mais sur une année encore, de septembre à juillet, je ne me voyais pas recommencer : j’espère donc être à Clermont-Ferrand (c’est ce que j’ai demandé en tout cas) et y trouver un logement pour toute ma petite famille (mon mari et mes enfants) et réussir à vendre ma maison. Je sais que c’est un sacrifice sur une année mais qui en vaut sûrement la peine.

Bien sûr, tout cela n’aurait pas pu être réalisé si je n’avais pas eu le soutien de mon mari, qui aujourd’hui est prêt à me suivre ….

Et maintenant, je me demande même si je ne tenterai pas d’être à mon tour formatrice à l’ENFiP …. C’est un domaine intéressant et très enrichissant, alors …. à méditer….


- Découvrez comment devenir contrôleur des finances publiques.

- Pour intégrer la Fonction publique d’Etat, territoriale ou hospitalière…
Consultez nos 60 fiches-métiers détaillées.

- Pour connaître les dates d’inscription au concours, consultez gratuitement et sans inscription notre calendrier.