Conseiller Principal d’Education (CPE) : fiche métier

Conseiller Principal d'Education (CPE) : fiche métier

Fonction publique d’État Catégorie A Secteur enseignement Métiers associés : conseiller d’éducation, conseiller d’orientation-psychologue, inspecteur de l’éducation nationale, directeur d’établissement d’enseignement, professeur

Le « surgé » d’antan, en changeant d’appellation, a aussi modifié son approche de la marche d’un collège ou d’un lycée. Il est passé d’un rôle essentiellement répressif à celui, plus délicat mais aussi plus passionnant, de médiation scolaire, sans délaisser la partie disciplinaire.

Conseillers principaux d’éducation : tendance de recrutement

Concours annuel. Le nombre de postes est beaucoup moins important que celui des concours enseignants. Il est aussi plus difficile à prévoir. Mais ce sont quand même plusieurs centaines de nouveaux recrutements par an.

La profession de conseiller principal d’éducation

Les CPE exercent leurs fonctions dans les établissements publics d’enseignement du second degré (collèges et lycées).

D’après les textes qui définissent les responsabilités des CPE, « ils sont chargés du bon déroulement de la vie scolaire et contribuent à placer les élèves dans les meilleures conditions d’apprentissage.

Trois missions leurs sont attribuées :

  • le fonctionnement de l’établissement (contrôle des effectifs, sécurité, etc.) ;
  • la collaboration avec le personnel enseignant (échange d’informations, suivi de la vie de la classe…) ;
  • l’animation éducative (relations et contacts directs avec les élèves sur le plan individuel et collectif…). »

Ils doivent faire la charnière entre les enseignants, l’administration et les élèves.

Responsables de la discipline en dehors des heures de cours, ils assurent l’organisation concrète de la journée scolaire : ouverture et fermeture des portes, absences des élèves, récréations, sécurité dans l’établissement, information et affichage, cantine, sorties scolaires, etc.

Les CPE reçoivent les parents pour les questions de comportement de leurs enfants. Ils mettent en pratique la politique éducative, dans le respect des programmes nationaux, décidée par le chef d’établissement et le corps enseignant.

Ce sont aussi des chefs d’équipe qui organisent le travail de plusieurs surveillants.

Avec les évolutions de la société, ils doivent de plus en plus faire preuve de diplomatie et privilégier le dialogue sans perdre de vue leur statut d’autorité envers les élèves.

C’est un métier complexe qui demande de multiples compétences et un sens aigu des relations humaines. Presque tous les CPE ont eu une expérience professionnelle préalable (98 % d’après les dernières estimations de l’Éducation nationale). La plus courante est celle de maître d’internat ou de surveillant d’externat.

La profession est très évolutive et près de la moitié des CPE considèrent leur fonction comme une étape vers un poste de chef d’établissement.

Devenir CPE : qualités requises

Autorité et diplomatie sont nécessaires, alliées avec des capacités d’organisation et de gestion d’équipe. C’est un métier psychiquement fatigant où les relations sont souvent tendues avec les élèves et les parents.

La notion de « censeur » - très ancienne appellation attachée à ce poste - reste encore très présente. Le CPE représente l’autorité et la discipline, deux notions qu’il faut faire passer sans heurt pour conserver la paix de l’établissement.

Le concours de CPE

Trois concours permettent de devenir CPE : externe, interne et le troisième concours. Ils sont organisés aux mêmes périodes que les concours d’enseignants avec des inscriptions à l’automne (fin septembre et octobre) pour des épreuves organisées en mars et avril de l’année suivante.

Les informations sur les épreuves sont disponibles dans la fiche Conseiller principal d’éducation CPE : réussir le concours 2016-2017.

Devenir CPE : après le concours

Formation

Une fois reçus au concours, les lauréats sont nommés CPE stagiaires et affectés dans une académie où ils effectuent un stage d’un an dans un établissement.

Pendant ce stage, ils bénéficient d’un accompagnement et de périodes de formation organisées au cours de l’année scolaire. La validation du stage est effectuée par un jury. Après validation, les stagiaires sont titularisés.

Rémunération

Le corps des conseillers principaux d’éducation comporte deux grades : les CPE de classe normale avec onze échelons et les CPE hors classe avec sept échelons.

Comme pour tout fonctionnaire, la rémunération principale d’un conseiller principal d’éducation augmente périodiquement au fur et à mesure qu’il gravit les échelons à l’intérieur de son grade : à chaque échelon correspond un indice qui détermine le montant de la rémunération principale. Ces changements d’échelon sont plus ou moins rapides en fonction notamment de la note attribuée annuellement.

Pendant la première année de formation, la rémunération brute mensuelle est de 1 615 € pour un indice 349. En fin de carrière, un conseiller d’insertion et de probation hors classe au 8e échelon percevra 3 625 € pour l’indice 783.

Évolutions de carrière

Les possibilités d’évolutions sont nombreuses avec des passerelles vers les métiers connexes de l’Éducation nationale. Par concours interne, un CPE peut devenir inspecteur d’académie, conseiller d’orientation-psychologue (COP), mais la majorité s’oriente vers une carrière de chef d’établissement.


Liens utiles :

- Inscription au concours dans les inspections académiques, liste sur le site

- Informations sur les concours de l’Éducation nationale

- Rendez-vous aussi sur Vocation Enseignant, le site des candidats aux concours des métiers de l’enseignement.