Des fonctionnaires pour l’hyper-ruralité

Des fonctionnaires pour l'hyper-ruralité

A l’opposé des quartiers sur-urbanisés se trouvent les zones en situation d’hyper-ruralité. Un nouveau terme qui dépasse le concept de ruralité.

La ruralité, avec les aménagements qui ont accompagnés l’installation des populations dans les années 90 et 2000, n’a plus de sens. On parle maintenant d’hyper-ruralité pour désigner les territoires les moins peuplés et les plus isolés. Ces zones sont particulièrement déshéritées et le risque d’isolement économique et social est grand à l’aube de la métropolisation du territoire. 26 % du territoire est concerné pour seulement 5.4 % de la population.

De nombreux sénateurs, dont un grand nombre sont issus de ces zones, se sont inquiétés de cette situation. Le dispositif expérimental de revitalisation des centre-bourgs permet une première approche du problème, mais le sénateur de la Lozère Alain Bertrand propose des mesures plus radicales : la création d’un un nouveau corps de fonctionnaires spécialisé dans les territoires hyper-ruraux, ou encore de rendre obligatoire une étape dans un de ces territoires pour les cadres et les responsables.