Discrimination professionnelle et fonction publique

Discrimination professionnelle et fonction publique

Selon le baromètre réalisé par l’Ifop pour le Défenseur des droits et l’Organisation internationale du travail (OIT), trois actifs sur dix déclarent avoir été victime d’au moins une discrimination au travail. Une large majorité craint que la crise ne renforce les différences entre agents ou salariés.

Le sentiment de discrimination augmente par rapport à 2011. Dans le secteur privé, ils sont 30 % à s’être sentis discriminés au moins une fois (28 % en 2011) et 29 % dans le public (26 % en 2011). 34 % des travailleurs tous secteurs confondus disent avoir été témoins d’au moins une discrimination.

L’écart public/privé
L’âge est moins important dans le secteur public avec 20 % des discriminations contre 32%, dans le privé. Mais pour le sexe et la maternité, le public fait moins bien avec 26 % et 24 % contre 22 % et 21 % dans le secteur privé.

Des critères physiques et de santé déterminants
Les personnes interrogées pensent qu’une maladie de longue durée pénalise à l’embauche à 69 % dans le public et 65 % dans le privé. Le handicap compte pour 57 % des risques de discrimination dans le public et 53 % dans le privé. Les obèses sont cités à 56 % et 48 % ainsi que les transsexuels pour 48 % et 47 %

L’appartenance
Les gens du voyage seraient pénalisés à 68 % dans le public et 65 % dans le privé, les étrangers pour 49 % et 40 % et les personnes syndiquées 25 % et 34 %. Les plus de 45 ans sont 55 % dans le public et 51 % dans le public à se sentir discriminés.

Ce baromètre a été réalisé par téléphone du 28 novembre au 12 décembre 2012, auprès d’un échantillon représentatif de 500 salariés du privé et de 500 agents de la fonction publique.