Éducation, priorité aux quartiers difficiles

Éducation, priorité aux quartiers difficiles

Affecter en priorité les emplois d’enseignants nouvellement créés dans les quartiers difficiles. C’est l’objet d’une convention signée à Grenoble le 7 octobre par Vincent Peillon, ministre de l’éducation nationale, François Lamy, ministre de la Ville et George Pau-Langevin, ministre déléguée à la Réussite éducative.

Le ministre de l’éducation nationale déclare que "25% des nouveaux postes consacrés à la scolarisation des enfants de moins de 3 ans et au dispositif "plus de maîtres que de classes" iront dans les établissements situés dans les quartiers prioritaires de la politique de la Ville. Dans le même esprit, les 6 000 nouvelles places d’internat que nous sommes en train d’ouvrir seront ciblées sur des projets d’éducation prioritaire".

L’objectif est de réduire les inégalités en partant d’un constat du ministère : "Les écarts demeurent trop importants entre les résultats des enfants des quartiers prioritaires de la politique de la ville et les autres. Nous devons faire un effort collectif pour réduire ces inégalités territoriales".

Pour cela, Vincent Peillon indique "Nous avons d’ailleurs déjà obtenu des résultats dans notre lutte contre le décrochage scolaire, puisque 15.000 jeunes ont été ramenés vers la scolarité ou une formation. Et en décembre nous atteindrons le chiffre des 20.000 que nous nous étions fixé en début d’année".