Élections régionales, le transport en tête des préoccupations

Élections régionales, le transport en tête des préoccupations

Malgré les attentats du 13 novembre 2015, les transports publics et plus largement collectifs sont au cœur des préoccupations des candidats avec des enjeux économiques et d’emplois publics.

Selon l’Observatoire des régions de l’ARF, les Régions ont déjà investi 30 milliards d’euros ces dix dernières années dans les TER pour une hausse de fréquentation de 53 % depuis 2002. Le transport scolaire concerne à lui seul 2 millions d’élèves chaque année pour un budget de 4 milliards d’euros.

Avec la fusion des régions et les nouvelles mesures de la loi Macron, en particulier le retour de la route et des lignes de cars privées, les élus seront confrontés à de nouvelles problématiques en matière de transports publics et collectifs à l’échelle de la région. La question de la sécurité est une donnée nouvelle pour les gestionnaires.

Les répercussions sur l’emploi dans cette filière ne sont pas encore connues, mais il est raisonnable de penser que des postes devraient être créés en grand nombre pour répondre à la demande croissante, pallier les carences des systèmes déjà en place et assurer la sécurité.