Emplois d’avenir, comment ça marche ?

Emplois d'avenir, comment ça marche ?

Le dispositif « Emplois d’avenir » créé en 2012 permet aux jeunes de 16 à 25 ans peu ou pas qualifiés d’accéder à des contrats de travail de un à trois ans assortis d’une formation : qui peut en bénéficier et comment procéder ? Mode d’emploi.

Pouvez-vous bénéficier d’un emploi d’avenir ?

Le ministère du Travail précise : « Bénéficieront en priorité des emplois d’avenir, les jeunes résidant en ZUS ou dans des zones d’emploi où le taux de chômage des jeunes est supérieur à la moyenne nationale ».

Les situations géographiques particulières seront prises en compte : zones rurales isolées, des départements d’Outre-Mer, ZUS (Zone Urbaine Sensible).

Plus largement, toutes les personnes ayant entre 16 et 25 ans (inclus), sans expérience professionnelle, sans qualification ou avec une formation n’excédant pas le niveau du BEP ou du CAP pourront être éligibles au dispositif.

Par dérogation, dans les zones urbaines sensibles, certaines zones rurales et en outre-mer, les diplômés jusqu’à bac + 3 en recherche d’emploi depuis plus d’un an sont éligibles aux contrats d’avenir.

Par ailleurs, le dispositif sera accessible aux personnes handicapées peu qualifiées de moins de trente ans en difficulté.

Seront également bénéficiaires, dans le cadre d’un contrat particulier (emplois d’avenir professeur), les étudiants boursiers en 2e année de licence ou 1ère année de master, se destinant aux métiers de l’enseignement, mais connaissant des difficultés financières pour poursuivre leurs études.

Près d’un tiers des emplois d’avenir seront réservés aux ZUS

En Zone Urbaine Sensible, le taux de chômage a augmenté de plus de 7 points entre 2008 et 2013 pour atteindre 22,3 %, plus du double de la moyenne nationale, les jeunes étant particulièrement touchés : 41,7 % de chômeurs parmi les moins de 25 ans, soit plus de 90 000 jeunes au chômage dans les ZUS.

Ils sont doublement pénalisés car à diplôme égal, un jeune résidant en ZUS a deux fois plus de risques d’être au chômage qu’un diplômé résidant hors ZUS. Ces difficultés spécifiques que connaissent les diplômés des quartiers populaires sapent les fondements mêmes du système éducatif.

« Comment motiver les enfants à l’école, si leurs aînés diplômés ne trouvent plus de débouchés dans le monde du travail, et que leurs diplômes sont dévalorisés ? » Face à ces constats, le Gouvernement a décidé de territorialiser 30% des 150 000 contrats « emplois d’avenir », soit 45 000 emplois, pour les jeunes des quartiers populaires et a mis en place une dérogation pour que les jeunes diplômés jusqu’à bac+3, résidant en ZUS, puissent en bénéficier.

PNG - 121 ko
150 000 emplois pour les jeunes

Quels emplois pourrez-vous exercer ?

Ces emplois concernent prioritairement le secteur non marchand pour des activités d’utilité sociale (aide à la personne, social et médico-social, environnement, secteur du numérique, animation, loisirs, tourisme…).

Les emplois, qui doivent assurer des perspectives de recrutement durable, seront rémunérés à hauteur du SMIC (soit 1 425,67 € brut mensuel) et seront subventionnés par l’État pour une durée de 1 à 3 ans, à hauteur de 75% dans le secteur non marchand (secteur public, mais aussi associations ou sociétés mutualistes) et 35 % dans le secteur marchand.

Pour le secteur privé, les établissements scolaires peuvent bénéficier intégralement du dispositif. Pour le reste du secteur privé, si des accords sont possibles, ils resteront « à la marge », à titre expérimental et selon le ministère « dans le cadre de projets innovants incluant des conditions d’accompagnement et un parcours d’insertion ambitieux ». Ces emplois pourront être des CDI ou des CDD.

Comment bénéficier d’un emploi d’avenir ?

- Contactez l’agence Pôle Emploi ou la Mission locale la plus proche de votre domicile. Le conseiller vérifiera si vous remplissez les conditions, et le cas échéant, vous mettra en contact avec des employeurs proposant des postes.

- Si votre candidature est retenue, Pôle emploi ou la Mission locale rédigera la demande d’aide à l’emploi avec le descriptif du poste et les actions de formation et d’accompagnement nécessaires. Cette action permettra la mise en place de l’aide financière de de l’État. Vous et votre employeur signeront ensuite le CDD ou le CDI.