Enseignants, vers un statut modernisé

Enseignants, vers un statut modernisé

Un accord entre le ministre de l’Éducation nationale, Vincent Peillon, et les syndicats a été conclu le 12 février afin de redéfinir les missions des professeurs de l’enseignement secondaire.

Les textes qui encadraient la profession dataient de 1950 et une modernisation s’imposait. Pour Vincent Peillon "C’est le serpent de mer, ça fait plus de soixante ans qu’on dit « les décrets de 50 ». Ça a été dans le débat politique ces quinze dernières années, avec beaucoup de gens qui prétendaient qu’il fallait faire ça… personne ne l’a jamais fait. Je suis content que nous soyons arrivés à un accord, en tout cas avec les syndicats les plus représentatifs.”

Cet accord doit permettre la présentation d’un décret devant le parlement définissant de nouvelles mesures qui entreront en vigueur à la rentrée 2015.

Parmi les nouveautés, on peut noter la disparition de la décharge de “cabinet d’histoire-géographie” qui prenait en compte le temps de gestion des cartes affichées en classe. De nouvelles indemnités vont apparaître intégrant la coordination de la discipline et des niveaux au sein des classes. L’identité professionnelle sera "sécurisée" assure le ministre "C’est une très grande avancée, aussi, d’avoir pu faire reconnaître qu’il y a des tâches spécifiques, que certains enseignants peuvent vouloir faire à un moment donné et qui doivent être rémunérées sous forme indemnitaire particulière, ce n’était pas la tradition".

L’évolution du métier est prise en compte et Vincent Peillon insiste sur le fait que le métier "évoluent dès lors qu’on reconnaît le travail qui est le leur, dans sa complexité, dans sa difficulté, dans le dévouement qu’il demande. Les fameux « décrets de 50 » vont enfin céder la place à des statuts plus en phase avec la réalité du métier".