Face au jury : réussir sa présentation personnelle

Face au jury : réussir sa présentation personnelle

La présentation personnelle est une partie de l’épreuve orale qui apparaît rassurante pour la plupart des candidats. Il suffirait de l’apprendre par coeur et de la réciter. Bien entendu, cela est une mauvaise perception de l’épreuve. Les conseils de votre coach concours pour attirer favorablement l’attention du jury, et marquer des points.

Pendant ces cinq ou dix minutes d’expression libre, chaque candidat contrôle intégralement le déroulement de sa présentation personnelle, ce qui peut sembler rassurant. Le jury ne les interrompra pas et, en outre, les candidats peuvent dire absolument ce qu’ils veulent. Mais aborder cet exercice comme l’occasion de tout dire et de faire passer en force des expériences peu significatives ou des faits qui n’ont pas leur place ne pourra jamais changer réellement la perception des membres du jury.

Voici un petit florilège des erreurs généralement commises par une grande partie des candidats lors de l’exercice de présentation personnelle :

- Ils pensent être les seuls à avoir un parcours « atypique »… mais qu’est-ce donc qu’un parcours typique alors ?

- Ils pensent que tout se joue lors de cette présentation et éludent tout ce qui aura précédé ou tout ce qui suivra.

- Ils abordent cette étape de l’entretien comme un exercice scolaire en se disant que s’ils présentent bien toutes les belles choses qu’ils ont faites dans la vie, le jury sera gentil et attendri.

- Ils pensent que s’ils oublient un mot dans leur présentation, c’est l’ensemble de l’entretien qui va s’effondrer.

- Ils essaient de compenser un manque de pertinence de leur présentation en rajoutant un ensemble d’informations personnelles inutiles : nombre d’enfants avec leur âge respectif, loisirs et sports, job d’été, stages, etc.

- Ils pensent que pour réussir cette présentation personnelle, il faut absolument remplir cinq minutes sur cinq et que si cette présentation ne dure que quatre minutes trente, le jury sera sans pitié.

Ce qu’il faut comprendre, c’est que la présentation personnelle doit être perçue comme une courbe de progression qui vous concerne. En avançant dans la présentation, vous allez raconter une histoire. La vôtre. Mais cela ne veut absolument pas dire que vous avez à énumérer tous les détails de votre histoire de manière exhaustive.

L’idée est la suivante : vous devez absolument comprendre qu’une de vos priorités est de faciliter la vie du jury dans sa compréhension de ce que vous lui présentez. En effet, en fin de journée, le jury aura rencontré entre huit et dix candidats. Cela signifie donc huit à dix présentations personnelles chargées de détails, d’acronymes, de grades, de dates, de noms d’entreprises ou de collectivités, de déroulements de projets et d’exposés de motivations.

Ainsi, si vous souhaitez aider votre jury à mieux vous comprendre, il est important d’aller à l’essentiel. Pour ce faire, voici un petit canevas qui a pour objectif de vous aider à structurer votre présentation personnelle :

État Civil

Soyez bref et utilisez des phrases plutôt que des items. On dira « Bonjour. Je m’appelle Pierre DUPONT. J’ai 43 ans. Je suis marié et j’ai 3 enfants. » Plutôt que « Pierre Dupont. 43 ans. Marié, 3 enfants ».

Poste actuel - Grade - Statut

Afin que le jury sache immédiatement à qui il s’adresse, ne laissez pas planer le doute. Donnez votre poste, votre grade et votre statut.

Par exemple : « Je suis actuellement chef du service Propreté urbaine. Je suis ingénieur territorial contractuel. » En une phrase, vous expliquez quels sont votre niveau de responsabilité, votre grade actuel et votre statut. Cela permet au jury de rapidement comprendre pourquoi vous passez le concours : vous souhaitez devenir titulaire.

Cursus Scolaire

Ne remontez pas à vos années de collège… Nommez votre dernier diplôme et surtout, nommez celui qui a une importance pour ce concours. Si vous passez un concours en urbanisme, il est inutile de citer votre diplôme de musicologie. Rappelez-vous : la clarté, c’est le pouvoir.

Expérience professionnelle

- Essayez de vous limiter à trois étapes ou périodes importantes de votre parcours professionnel.

- Concentrez-vous sur les postes occupés et les missions menées, pas sur les périodes ou les lieux.

- Si vous n’avez pas assez d’expérience car vous êtes trop jeune, présentez vos stages plus en détail. Expliquez vos réalisations.

- Si vous avez trop d’expériences à citer, ne passez pas autant de temps sur chacune d’entre elles. Groupez-les et ne laissez remonter que les expériences fortes et significatives pour ce concours.

- Adoptez un positionnement d’acteur de votre carrière. Montrez que vous n’avez pas subi et que vous aviez un réel intérêt à évoluer. Expliquez que vous avez choisi de passer d’un poste à un autre et donnez vos raisons.

Quelques conseils supplémentaires :

- Evitez les acronymes du type « J’ai travaillé à la DRTERP au service RFITO où j’étais responsable de l’équipe COMDEX ». C’est pompeux, ennuyeux et cela vous éloignera de vos objectifs.

- Supprimez les périodes trop détaillées : « De juin 1998 à mai 1999 j’ai travaillé ici et de juin 1999 à avril 2004, j’ai exercé… ». Le jury ne retiendra jamais tous ces détails chronologiques et entre nous, est-ce vraiment intéressant ?

- Annoncez votre plan de présentation et suivez-le. Idem lorsque vous attaquez l’expérience professionnelle : n’hésitez pas à commencer en disant « Je vais maintenant vous présenter mon expérience professionnelle qui se déroule en trois points principaux. » Puis déroulez les trois points en rappelant lequel vous abordez.

- Dissociez ce qui apporte quelque chose à votre présentation et ce qui n’apporte rien : vous avez été animateur en colonie ? Génial. Mais honnêtement, pensez-vous que le jury considère que cet argument soit décisif pour vous donner ou pas le concours d’attaché ou d’ingénieur territorial ?

- Omettez tout ce qui est négatif par exemple : « J’ai quitté mon poste à cause de mon chef que je ne supportais plus ». Afin que le jury reste concentré sur votre progression professionnelle, il faut absolument éviter qu’il se pose trop de questions. Ainsi, dans le cas cité, il suffit de dire que vous avez décidé de changer de poste car vous souhaitiez évoluer et changer de missions. Et c’est tout. Dans tous les cas, il est impossible au jury de vérifier vos dires sur le moment, car ses membres n’ont ni CV ni dossier en leur possession.

Il y aurait des tonnes de conseils ou de pistes à développer pour une présentation personnelle mais, au-delà de toute technique de présentation, le seul objectif que vous deviez viser est d’arriver à exprimer votre positionnement et votre engagement dans ce que vous faites.

En effet, pour éviter que votre présentation ne soit trop neutre ou sente trop le bachotage, il est primordial que vous laissiez une place à ce que vous éprouvez, ce dont vous avez envie et ce qui est important pour vous et/ou pour l’avenir de la Fonction publique territoriale. Il n’y a pas de formule magique pour cela car chaque présentation personnelle est unique.

L’important est d’arriver à prendre du recul et à sortir des faits « historiques » pour entrer dans la sphère des « faits personnels ». Pour cela, un ajustement de votre vocabulaire sera peut-être nécessaire.

Regardez dans la phrase suivante les mots écrits en gras : il est important d’expliquer ce qui vous intéresse, ce qui vous plait. Expliquer pourquoi vous aimez la territoriale ou pourquoi vous êtes motivé pour intégrer un service spécialisé dans le traitement des déchets… permettra au jury de mieux percevoir votre engagement et votre vision. Comprenez-vous où je souhaite en venir ? Il vaudrait mieux, car cela sera primordial pour exprimer vos motivations…

- Suivez toute l’actualité des recrutements des métiers de la fonction publique
sur la page Facebook de Vocation Service Public.