Filière : Les métiers de l’appareillage

Fonction publique hospitalière. Catégorie B. Secteur sanitaire et social. Métiers associés : rééducateur, ergothérapeute, prothésiste.

Tendance de recrutement

Pour chaque métier, le nombre de postes annuel est très faible. Certaines fonctions, même rares, sont cependant très recherchées en milieu hospitalier. C’est le cas des épithésistes et dans une certaine mesure des orthoprothésistes.

Qualités requises

Ces métiers sont avant tout techniques et demandent une grande précision, de la rigueur et la capacité à travailler de manière statique pendant de longues heures. Les techniques de prothèse évoluant très rapidement, les praticiens doivent suivre constamment des formations de remise à niveau.

La profession

Les métiers de l’appareillage font partie d’une filière très méconnue. Ils offrent pourtant des opportunités à ceux qui sont rebutés par des études longues ou qui redoutent le contact avec la maladie et la souffrance des patients. Ce sont des métiers alliant des connaissances intellectuelles, des capacités manuelles et une grande adaptabilité des savoirs qui s’adressent à des personnes prédisposées aux travaux de précision.

Les métiers de l’appareillage s’exercent dans le secteur privé, avec des entreprises de petites tailles et dans les grands hôpitaux du public dans des services souvent rattachés à la chirurgie.

Podo-orthésiste Il réalise des prothèses, des attelles provisoires ou définitives ou des appareillages pour suppléer à une défaillance du pied : chaussures orthopédiques, appareil podo-jambier. Environ un tiers des podo-orthésistes sont en poste dans la fonction publique hospitalière. Pour exercer la profession de podo-orthésiste, il faut être titulaire du brevet de technicien podo-orthésiste préparé et délivré par l’Éducation nationale. L’admission à la formation se fait sur dossier et le diplôme se prépare en trois ans.

Orthoprothésiste Le champ d’application de l’orthoprothèse est plus vaste que la podo-orthèse. Ici, l’appareillage, les prothèses ou les attelles peuvent concerner l’ensemble des membres afin de pallier à une déficience (ostéo-articulaire, musculaire ou neurologique), une malformation, une amputation ou, comme c’est souvent le cas dans les services de chirurgie, aux suites rééducatives d’une opération. L’attelle est alors réalisée sur mesure afin, en fonction des prescriptions du médecin, d’aider, contraindre, limiter ou empêcher le mouvement d’un membre. La grande majorité des orthoprothésistes exercent dans les centres de rééducation et les services de chirurgie orthopédique. La profession d’orthoprothésiste peut être exercée avec un brevet de technicien prothésiste-orthésiste, délivré par le ministère chargé de l’Éducation nationale.

Epithésiste L’épithésiste crée des appareillages pour des prothèses externes faciales pour des personnes malades ou handicapées qui présentent une perte de substance de la face ou des oreilles. Les services des grands brûlés et de chirurgie des grands traumatisés proposent moins d’une quinzaine de postes par an en métropole. Il n’existe actuellement pas de diplôme spécifique pour cette profession. Un arrêté du ministre de la Santé est en cours d’élaboration pour fixer les modalités de la formation et de l’obtention d’un diplôme. Le diplôme d’université de prothèse faciale appliquée, contenant l’enseignement théorique et pratique et la mise en pratique des différentes techniques, permet d’exercer.

Oculariste Il procède à l’appareillage de la cavité oculaire en cas d’absence (par adjonction d’un « œil de verre ») ou de dysfonctionnement du globe oculaire. Très peu de postes existent. La fonction publique hospitalière en emploie juste une dizaine et le secteur privé, d’après les estimations, ne compte qu’une cinquantaine de praticiens. Ce métier ne nécessite pas de formation spécifique, mais un diplôme universitaire de prothèse faciale est recommandé. Cependant, pour l’exercice de la profession d’oculariste, il faut avoir travaillé « comme applicateur depuis plus de cinq ans, en continu, chez un ou plusieurs ocularistes » ou avoir « travaillé pendant au minimum trois années, en continu, chez un ou plusieurs ocularistes », que ce soit dans le secteur privé ou public. Selon le ministère de la Santé, « un arrêté du ministre chargé de la santé est en cours d’élaboration pour fixer les conditions de formation et les modalités de formation conduisant à l’obtention de ce diplôme ».

Prothésiste dentaire et audioprothésiste : exercice uniquement dans le secteur privé.

Informations complémentaires

- Les listes des centres de formation en prothèse dentaire, orthopédie-prothésie, podo-orthésie et orthoprothésie sont disponibles au Ministère de l’Education nationale 61-65, rue Dutot - 75015 PARIS et les rectorats (régions) ou les Inspections académiques (département). Listes sur le site

- Formations universitaires de prothèses dentaires : Université de Toulouse

Prothèse dentaire : UNPPD 80-82, rue de la Roquette - 75011 PARIS Tél : 01 49 29 46 29, Internet


-  Pour quel métier public êtes-vous fait ? La réponse avec notre test exclusif et gratuit.

- Amélie, Franck, Sandra, Brahim, Estelle… Ils ont réussi leur concours et partagent leur expérience dans la rubrique Témoignages.

- Vous aussi, trouvez votre voie dans la fonction publique d’État, territoriale ou hospitalière à l’aide de nos 60 fiches-métiers détaillées.


Voir toute l'actualité