Filière : Les métiers de la construction

Il n’est pas indispensable de savoir conduire un tractopelle pour faire carrière dans le secteur « construction ». Ingénieurs, architectes, géomètres mais aussi ébénistes, électriciens ou encore peintres… : tous travaillent à améliorer le cadre de vie des citoyens. Ils n’effectuent pas eux-mêmes les constructions, qui sont le plus souvent déléguées à des entreprises privées ou publiques, mais ils impulsent les travaux nécessaires, conçoivent les plans, contrôlent les prestations des entreprises et assurent ensuite la maintenance des bâtiments. De la conception à la maintenance, voici donc toute une pléiade des différents métiers, toutes catégories confondues, qui existent dans cette filière.

Comme la construction d’une infrastructure ne se fait jamais au hasard, une réflexion préalable se révèle obligatoire pour concevoir et dessiner les projets. Une fois cette première étape franchie, le chantier peut débuter. Mais il ne s’agit pas de construire n’importe comment, sans tenir compte des plans et sans se soucier des règles de sécurité élémentaires. D’où l’importance de contrôler les travaux régulièrement. Enfin, il faut savoir que le travail ne s’arrête pas avec l’édification de la dernière pierre. Ainsi, il existe bon nombre de métiers dont la fonction principale réside dans l’entretien des constructions.

Concevoir et dessiner des projets

L’architecte (cat. A) est chargé d’élaborer et de mettre en œuvre des politiques publiques de constructions. Les architectes peuvent être employés par l’État et par les collectivités. Le concours interministériel d’architecte et urbaniste d’État, est organisé par le ministère de l’Équipement et des transports. Dans la spécialité "urbanisme, aménagement", vous pourrez faire carrière au sein des services du ministère de l’Équipement ou de l’Environnement, tout en travaillant en relation avec les collectivités. En tant qu’urbaniste, vous devrez élaborer des projets d’aménagements urbains, en accord avec les politiques de l’État dans les domaines de la ville, de l’habitat, du développement du territoire et de la protection de l’environnement. Si vous choisissez la spécialité "patrimoine architectural, urbain et paysager", vous serez affecté au ministère de la Culture, chargé de promouvoir l’environnement architectural dans le cadre de missions de conseil, d’information et de sensibilisation. En tant qu’expert, vous devrez attirer l’attention des élus sur les éventuels travaux à effectuer au niveau des monuments historiques et classés, vous soulèverez les problèmes liés aux espaces protégés.

Dans les collectivités locales, les architectes – cadre d’emplois : ingénieur (cat. A) – conçoivent les projets de bâtiments de la collectivité, après avoir réalisé des études poussées, en fonction des besoins de la collectivité et de la faisabilité (budget, matériaux…). Les projets de construction font donc l’objet d’études. Les chargés d’études d’urbanisme et d’aménagement urbain (cat. A) – cadre d’emplois : attaché (cat. A) – planifient, à partir de données spatiales, économiques et sociales, les orientations en matière d’aménagement. Sur le terrain, les instructeurs des autorisations d’occupation des sols (cat. B) – cadre d’emplois : rédacteur (cat. B), technicien supérieur (cat. B) ou contrôleur de travaux (cat. B) – sont alors habilités à accorder ou refuser les demandes d’occupation des sols, en accord avec la législation et les études menées par les chargés d’études.

Le corps des ingénieurs des travaux publics de l’État (cat. A), recrutés par le ministère de l’Équipement, est à vocation interministérielle. Les ITPE mettent en place la politique de l’État et aident les collectivités locales dans le cadre de la conception, de la réalisation et de la gestion de l’ensemble des équipements publics. Maîtres d’œuvres, ils gèrent, conseillent, évaluent les travaux dans les domaines de l’aménagement, des infrastructures, de l’urbanisme, de l’habitat, de la construction et des transports. Ils apportent leur expertise et conduisent des études.

En ce qui concerne les travaux routiers, les ingénieurs infrastructures et réseaux (cat. A) conçoivent des plans qu’ils mettent ensuite en œuvre au niveau des services techniques qu’ils dirigent. Ils travaillent avec les projeteurs routes – cadre d’emplois : contrôleur de travaux (cat. B) – qui planifient les projets routiers et dirigent leur réalisation. Avant de lancer les travaux, les dessinateurs routes – cadre d’emplois : agent de maîtrise (cat. C) – dessinent sur ordinateur les plans élaborés par les projeteurs. Le principe est le même pour les projets de travaux dans le domaine du bâtiment. Les ingénieurs conçoivent des projets, les projeteurs suivent les dossiers et les dessinateurs-cartographes (cat. C) – cadre d’emplois : agent de maîtrise (cat. C) – concrétisent sur papier ou ordinateur les idées de ces derniers en réalisant des plans topographiques, des cartes, des vues perspectives, en élaborant des maquettes.

Contrôler les travaux…

Une fois les travaux lancés, qu’ils soient effectués en régie directe ou par une entreprise, il faut contrôler le déroulement du chantier. La plupart du temps sur le terrain, les agents doivent s’assurer de l’avancée des travaux, de leur conformité aux plans établis au préalable et de la sécurité des ouvriers et du public. Le gestionnaire du patrimoine bâti (cat. B) – cadre d’emplois : technicien supérieur (cat. B) – s’occupe de programmer les interventions d’entretien, en fonction des diagnostics réalisés sur le patrimoine bâti de la collectivité. Les techniciens en génie thermique (cat. B) et les techniciens en génie électrique – cadre d’emplois : contrôleur de travaux (cat. B) – font réaliser et contrôlent les travaux d’installation de chauffage, plomberie, climatisation et gaz. Le technicien bâtiment – cadre d’emplois : technicien supérieur (cat. B) – conçoit, fait réaliser et contrôle l’ensemble des travaux de rénovation du patrimoine bâti de la collectivité.

Dans le cadre des constructions d’infrastructures et de réseaux, le conducteur de travaux – cadre d’emplois : technicien supérieur (cat. B) – assiste l’ingénieur et dirige la réalisation des travaux, autant sur le plan technique, qu’économique et financier. À partir de l’étude des plans ou directement sur le chantier, le métreur – cadre d’emplois : agent technique (cat. C) – analyse les prestations fournies aux collectivités par les corps d’Etat et prévoit les interventions à venir.

… et entretenir les constructions

Les constructions, une fois achevées, doivent être entretenues et maintenues. Interviennent alors les maîtres ouvriers (cat. C) et les ouvriers professionnels (cat. C), qui encadrent ces derniers dans la Fonction publique d’État, et les agents techniques (cat. C) et agents d’entretien (cat. C), dans les collectivités locales. À l’exception de la Fonction publique hospitalière, les administrations recrutent les ouvriers professionnels sur concours avec épreuves. Les agents effectuent des travaux nécessitant des qualifications plus ou moins importantes, le plus souvent liés à une spécialisation dans un domaine particulier. Qu’ils soient ébénistes, menuisiers, maçons, électriciens, électroniciens, plâtriers, couvreurs, installateurs thermiques, installateurs sanitaires, peintres, plombiers, métalliers… tous appartiennent à la catégorie C. À ce titre, ils effectuent les réparations nécessaires à la maintenance des bâtiments. L’équipe de travaux est gérée par le coordinateur bâtiments et abords - cadre d’emplois : agent de maîtrise (cat. C) – chargé de vérifier le bon déroulement des travaux d’entretien, de rénovation et d’aménagement. C’est lui qui est responsable de l’approvisionnement et de la répartition des matériels nécessaires aux travaux.

Dans la Fonction publique hospitalière, les candidats aux métiers manuels et techniques pourront passer le concours sur titres d’ouvrier professionnel (cat. C), dont le niveau requis est le CAP. Ils auront ensuite la possibilité d’exercer parmi les nombreuses spécialités citées ci-dessus, notamment lors de travaux de remise aux normes des hôpitaux, de peinture, de réparation des locaux, ainsi que les interventions d’urgence, toues activités que le service public ne peut se permettre de sous-traiter. Les universités ont les mêmes besoins en personnels techniques : électricien, chauffagiste, menuisiers (cadre d’emplois : technicien (cat. B), agent des services techniques (cat. C) ). Ils travaillent sous la direction du conducteur d’opération (cat. A) (cadre d’emplois : ingénieur d’études). Enfin, les appariteurs (cat. C) — cadre d’emplois : agent ou adjoint technique— chargés du bien-être, de la sécurité et de la propreté des locaux, sont recrutés directement sur CV et lettre de motivation.

Voir toute l'actualité