Filière : Les métiers de la justice

Le ministère de la Justice encadre plusieurs types de professionnels au service de l’application de la loi :

  • le personnel judiciaire,
  • les personnels de l’administration pénitentiaire,
  • les services de la protection judiciaire de la jeunesse,
  • les personnels de soutien administratif et technique.

1- PERSONNEL JUDICIAIRE

Tous les personnels judiciaires sont soumis au secret professionnel et doivent prêter serment : « Je jure de conserver le secret des informations sur les affaires judiciaires ainsi que sur les actes du parquet et des juridictions d’instruction et de jugement, dont j’aurai eu connaissance à l’occasion de mes travaux au sein des juridictions. »

Pratiquement toutes les carrières du secteur judiciaire réclament des études longues. Seules deux affectations (greffier et assistant) sont accessibles avec un bac et un bac + 2.

Magistrat (catégorie A)

Pour accéder aux carrières de la magistrature, des études longues sont nécessaires : bac + 4 pour le concours externe puis 31 mois de formation rémunérée à l’École nationale de la magistrature (ENM).

On distingue deux types de magistrats : les magistrats du siège et les magistrats du parquet. Il est possible de passer d’une fonction à l’autre au cours de la carrière :

  • Les magistrats du siège sont des juges qui doivent trancher et définir les sanctions des infractions en préservant les intérêts des victimes et de la société.
  • Les magistrats du parquet - également appelés « ministère public » - sont des procureurs assurant l’accusation. Ils interviennent le plus souvent dans les affaires pénales où ils représentent la société et doivent défendre les intérêts de la collectivité. Ce sont eux qui dirige l’action de la police judiciaire, décident de poursuivre les infractions aux lois, requièrent les peines lors des procès et veillent à leur exécution. Ils sont sous l’autorité du garde des Sceaux.

Les magistrats peuvent avoir différentes fonctions :

  • Juge d’instance,
  • Juge des tutelles,
  • Juge de l’application des peines,
  • Juge de la mise en état,
  • Juge aux affaires familiales,
  • Juge des enfants,
  • Juge d’instruction,
  • Juge des libertés et de la détention,
  • Juge des référés,
  • Juge de l’exécution,
  • Juge administratif,
  • Procureur général,
  • Avocat général,
  • Procureur de la République,
  • Substitut du Procureur.

Les différentes fonctions de magistrats exigent de la part des juges un grand sens des responsabilités, une éthique et un sens humain sans faille. Il faut savoir écouter, analyser, faire la synthèse de problèmes complexes et difficiles qui engagent souvent l’avenir des justiciables.

Assistant de justice (catégorie A)

Les assistants de justice, titulaires d’un diplôme sanctionnant une formation juridique d’une durée au moins égale à bac + 4, assistent les magistrats dans les tâches préparatoires des dossiers et des audiences. En plus des greffiers, ce sont des collaborateurs dotés de hautes compétences en droits, en recherche documentaire et jurisprudence.

Ils rédigent des synthèses de dossiers, des projets de décisions, sur les instructions des magistrats. Ils ne sont pas habilités à prendre des décisions et ne disposent d’aucun pouvoir juridictionnel.

Les assistants de justice sont des contractuels pour une durée de deux ans, renouvelable deux fois.

Pour postuler, il faut adresser un dossier de candidature (CV, lettre de motivation manuscrite et copie des diplômes) aux chefs de cour (premier président et procureur général) du lieu où on souhaite exercer.

Pour tout renseignement, s’adresser à la cour d’appel du lieu où l’on souhaite exercer. L’annuaire des cours d’appel

2- MÉTIERS DU GREFFE

Au sein de chaque tribunal, les greffiers assurent des missions de gestion, de logistique, d’encadrement mais également juridiques au cours des audiences pour lesquelles ils assument les tâches administratives préparatoires et où ils sont chargés de noter le contenu des débats.

Greffier (catégorie B)

Sous l’autorité d’un greffier en chef, il exerce ses missions dans toutes les juridictions : cour d’appel, tribunal de grande instance, tribunal d’instance, conseil des prud’hommes, cour de cassation.

Son rôle est essentiel au fonctionnement de la justice pour l’enregistrement des affaires, la validation des dates d’audience, la préparation des dossiers pour les magistrats, la prise de notes pendant les de ?bats, la rédaction des procès-verbaux, etc.

Il peut aussi assurer des fonctions d’accueil du public ou d’encadrement intermédiaire des personnels administratifs de catégorie C.

Ce métier est accessible par concours avec un diplôme de niveau bac + 2, et après une formation de 18 mois à l’École nationale des greffes à Dijon.

Greffier en chef (catégorie A)

Le greffier en chef est juriste, manager et administrateur. Il est responsable de l’organisation des services, mais ses perspectives d’évolutions sont vastes :

  • Il peut être nommé adjoint de directeur de greffe et directeur de greffe.

- Il peut également devenir secrétaire général d’un conseil départemental d’accès au droit : il sera alors en charge de la mise en œuvre de la politique d’accès au droit.

  • Il peut aussi être nommé responsable de gestion dans un service administratif régional pour la gestion des finances, des ressources humaines, de la formation et des moyens pour l’ensemble du ressort d’une cour d’appel.
  • Son statut lui permet aussi d’enseigner à l’école nationale des greffes (E.N.G.).

Une particularité des greffes de tribunaux de commerce qui sont des études privées : les greffiers et les personnels administratifs sont des salariés de droit privé.

Ce métier est accessible par concours avec un diplôme de niveau bac + 3 et après une formation de 18 mois à l’École nationale des greffes à Dijon.

3- LE MÉTIER D’ÉDUCATEUR DE LA PROTECTION JUDICIAIRE DE LA JEUNESSE (catégorie B)

Au sein d’une équipe pluridisciplinaire, l’éducateur PJJ assure la prise en charge de mineurs sous protection judiciaire.

Il constitue un repère stable et un interlocuteur pour les jeunes en difficulté et leur famille. Il apporte une aide décisionnelle (civile ou pénale) aux magistrats et propose des solutions adaptées à chaque jeune.

Professionnel de terrain, il organise des activités de jour et des actions d’insertion en s’appuyant sur des partenaires associatifs et institutionnels. Pédagogue, il transmet des valeurs essentielles, comme la non-violence et le respect de l’autre.

Il est le pivot de la prévention de la récidive pour les mineurs.

Recrutements par concours sur titre ou sur épreuves à partir d’un diplôme de niveau bac + 2, puis formation en alternance rémunérée de 24 mois à l’ENPJJ de Roubaix.

L’engagement à servir l’État est de 5 ans.

Les métiers de la justice dans : Réussir les concours de la fonction publique


Greffier / greffier en chef : réussir le concours 2016-2017
Les fiches-concours de la Fonction publique

Greffier / greffier en chef : réussir le concours 2016-2017

Magistrat - Accès à l'École nationale de la magistrature ENM : réussir le concours 2016-2017
Les fiches-concours de la Fonction publique

Magistrat - Accès à l’École nationale de la magistrature ENM : réussir le concours 2016-2017

Les métiers de la justice dans : Les métiers de la Fonction publique détaillés


Greffier – Greffier en chef : fiche métier

Greffier – Greffier en chef : fiche métier

Magistrat - École nationale de la magistrature ENM : fiche métier

Magistrat - École nationale de la magistrature ENM : fiche métier

Éducateur de la protection judiciaire de la jeunesse (EPJJ) : fiche métier

Éducateur de la protection judiciaire de la jeunesse (EPJJ) : fiche métier

Actualité "Filière: Les métiers de la justice"


Avis de concours : 500 postes de greffiers au ministère de la Justice

Avis de concours : 500 postes de greffiers au ministère de la Justice

Le ministère de la Justice recrute par concours 500 greffiers des services judiciaires. Vous (...)
La capacité d'accueil des prisons augmentée de 10 000 places en 10 ans

La capacité d’accueil des prisons augmentée de 10 000 places en 10 ans

Le 11 septembre, dans le cadre du « grand rendez-vous » Europe 1, i télé et Les Échos, le premier (...)