Insertion des jeunes sans qualification : les 6 dispositifs pour l’emploi

Insertion des jeunes sans qualification : les 6 dispositifs pour l'emploi

Un jeune sans emploi et sans qualification peut bénéficier de mesures d’accompagnement qui complètent celles proposées par Pôle emploi.

Six dispositifs sont disponibles :

- Pour intégrer la vie active : la mission locale et le contrat d’insertion dans la vie sociale (Civis).
- Pour consolider les savoirs de base : l’Ecole de la 2ème chance, les centres Défense 2ème chance (ou centre Epide).

S’il désire vivre une expérience à plein temps dans le cadre d’un engagement citoyen, il peut conclure auprès d’une association ou des pouvoirs publics :

- un engagement de service civique,
- un volontariat dans les armées,
- un volontariat de solidarité internationale.

Les 6 dispositifs

Le Contrat d’insertion dans la vie sociale (Civis) a pour objectif d’accompagner les jeunes en grande difficulté vers un emploi durable ou dans un projet de création ou de reprise d’une activité non salariée. Il permet l’orientation, la qualification ou l’acquisition d’une expérience professionnelle, en tenant compte des difficultés rencontrées par le bénéficiaire, de son projet professionnel d’insertion dans un emploi durable.

Peuvent en bénéficier les jeunes âgés de 16 à 25 ans (c’est-à-dire jusqu’au 26ème anniversaire), rencontrant des difficultés particulières d’insertion sociale et professionnelle et ayant abandonné leurs études avant l’obtention de la licence (ou d’un diplôme de niveau équivalent). Une aide financière peut être versée.

Les Ecoles de la 2ème chance accueillent des jeunes ayant connu une scolarité difficile pour mettre en place une acquisition satisfaisante des savoirs fondamentaux : lire, écrire, compter, raisonner, utiliser l’ordinateur et internet dans un parcours personnalisé prenant en compte les problèmes personnels du jeune. Pour en bénéficier, il faut : être sans diplôme et sans qualification professionnelle, âgé de 18 à 25 ans.

Les inscriptions se font tout au long de l’année. L’enseignement est gratuit, la durée du parcours est personnalisée sans dépasser 4 ans. Renseignement : Réseau des écoles de la deuxième chance http://www.reseau-e2c.fr/ecole-de-la-deuxieme-chance/ecoles/cartographie

Les Centres Défense deuxième chance s’adressent aux jeunes en grandes difficultés d’insertion sociale et professionnelle en raison de leur comportement et permettent de bénéficier d’un parcours de formation et d’orientation. Pour en bénéficier il faut : ne posséder ni qualification professionnelle ni emploi, être apte à la pratique du sport et être âgé entre 16 à 25 ans. Il est possible de s’inscrire lors des journée défense et citoyenneté ou sur le site : http://vosdroits.service-public.fr/particuliers/R2104.xhtml

Le parcours de formation et d’orientation comporte : - une étape de remise à niveau scolaire, une étape d’éducation civique et comportementale permettant d’obtenir l’attestation de formation civique et comportementale, le PSC1 (attestation de prévention et secours civiques de niveau 1) et l’ attestation de sécurité routière (ASR) et du permis de conduire. - une étape de formation et d’insertion professionnelle pour aboutir à un contrat d’apprentissage ou à une embauche dans les secteurs d’activité dits "en tension" (hôtellerie restauration, transports, bâtiments et travaux publics, etc.) ou à un engagement dans les armées.

La durée moyenne est d’environ 10 mois. La formation est gratuite y compris l’hébergement et la restauration. Les risques maladie, maternité et invalidité sont couverts. Le jeune volontaire perçoit une allocation non imposable équivalant à 300 € par mois effectué (210 € versés mensuellement à compter du troisième mois et 90 € versés au terme du volontariat).

L’Engagement de service civique permet à des volontaires de renforcer la cohésion nationale et la mixité sociale par des actions à caractère éducatif, environnemental, humanitaire, sportif, etc.

Pour en bénéficier il faut être âgé de 16 à 25 ans, être français ou être citoyen d’un autre pays de l’Espace économique européen ou résider légalement en France depuis au moins un an ou résider légalement en France, en étant citoyen d’un pays où sont affectés des volontaires français.

Il faut également pouvoir dégager au moins 24 heures par semaine et éventuellement jusqu’à 48 heures par semaine. Pour s’inscrire : http://vosdroits.service-public.fr/particuliers/R14397.xhtml.

Le volontaire bénéficie d’une indemnité mensuelle de 571,79 € net. La mission peut s’effectuer auprès d’organismes agréés par l’État : une association ou une fondation sans but lucratif, un établissement public, une collectivité locale pour une durée de 6 à 12 mois.

Le Volontariat dans les armées pour connaître une première intégration dans la vie active. Il faut être de nationalité française, âgé de plus de 18 ans et de 25 ans au plus à la date de dépôt de la demande, être reconnu apte physiquement, être en règle avec les obligations du service national et le bulletin n°2 du casier judiciaire ne doit pas porter de mentions incompatibles avec les fonctions exercées. Le volontariat est conclu pour une durée de 12 mois, renouvelable, avec un maximum de 5 ans.

Le volontaire dans les armées est soumis au règlement de discipline générale dans les armées et aux régimes de permissions des militaires et reçoit une solde mensuelle et bénéficie des prestations en nature. Il peut accéder au plus haut grade de sous-officier et obtenir la validation de l’expérience professionnelle acquise au cours du volontariat.

Attention : il ne faut pas confondre le volontariat dans les armées avec l’engagement volontaire dans les armées, qui correspond à la signature d’un contrat de soldat professionnel.

Renseignements : http://www.defense.gouv.fr/layout/set/ligthboxvideo/base-de-medias/multimedia/sante/reserve-sante-contacts-dans-les-directions-regionales

Le volontariat de solidarité internationale permet d’accomplir une mission d’intérêt général dans les pays en voie de développement dans les domaines de la coopération et de l’action humanitaire. Toute personne majeure sans activité professionnelle peut en bénéficier sans condition de nationalité. Une indemnité de mission d’un montant maximum de 813,07 € auquel s’ajoute les éventuels transports et hébergement est versée au volontaire. À la fin de sa mission, le volontaire peut prétendre à certaines aides. Les missions se déroulent hors de l’Espace économique européen. La durée des engagements varie de 6 mois à 2 ans.

Il convient de contacter une des associations agréées pour le volontariat de solidarité internationale, liste sur le site : http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/IMG/pdf/_LISTE_ASSOCIATION_VSI_agreees_septembre_2012__cle4f51e9.pdf