Italie, Matteo Renzi secoue la fonction publique

Italie, Matteo Renzi secoue la fonction publique

Après son élection à la Présidence du Conseil, Matteo Renzi veut réformer en profondeur le système public italien. Comme dans tous les pays, il s’agit d’un exercice difficile et risqué, mais cette fois, l’opinion publique semble être de son côté. Le 30 avril, le Conseil des ministres a adopté un plan destiné à rendre à la fonction publique italienne toute son efficacité et sa réactivité.

L’axe principal des réformes s’articule entre une simplification drastique des procédures et la suppression à grande échelle des structures de l’État : regroupement des cinq écoles de la fonction publique en une seule, regroupement des 20 centres de recherche en un seul, suppression des registres d’entreprises, réduction du nombre de préfecture de 106 à 40, pour les mesures les plus spectaculaires. La justice sera également réformée pour raccourcir les délais de procédure. Avec 3.4 millions de fonctionnaires, le système public est moins lourd qu’en France avec 58 agents publics pour 1 000 habitants, mais le passage du plan de Matteo Renzi pourrait encore faire baisser ce ratio. Enfin, début 2015, chaque italien pourrait recevoir une clé Internet permettant l’accès direct à chaque administration.