Kinésithérapeute : fiche métier

Kinésithérapeute : fiche métier

Fonction publique hospitalière. Catégorie A. Secteur santé. Métiers associés : rééducateur, ergothérapeute

Kinésithérapeutes : tendance de recrutement

Comme la plupart des professions médicales, médico-techniques ou médico-sociales, les recrutements sont difficiles… pour les employeurs, en raison du faible nombre de candidats. De nombreux postes restent vacants, et les perspectives d’emploi sont donc très bonnes dans le secteur hospitalier public ou privé.

La profession de kinésithérapeute

Environ 60 500 masseurs-kinésithérapeutes exercent en France, plus d’un tiers en milieu hospitalier, cliniques et établissements d’accueil médicalisés, 44 % sont des femmes.

Les kinésithérapeutes luttent contre l’altération des capacités fonctionnelles, aident à leur maintien et, lorsqu’elles sont altérées, à les rétablir ou à les suppléer par des prothèses. Ils interviennent toujours sur prescription médicale pour une rééducation, manuelle ou instrumentale, pour des massages, de la relaxation, balnéothérapie, hydrothérapie, etc.

À l’hôpital, les kinésithérapeutes travaillent avec des patients très variés, provenant de chirurgie orthopédique, de pneumologie, de cancérologie, etc.

Au-delà de l’aspect fonctionnel du métier, le kinésithérapeute joue un rôle prépondérant dans le rétablissement moral des patients.

Devenir kinésithérapeute : qualités requises

Une très bonne condition physique est indispensable ainsi qu’un grand sens de l’autre et de l’écoute. Le praticien doit également être totalement adaptable selon les patients et pouvoir imaginer des exercices et des entraînements adaptés aux difficultés de chacun.

Accès à la profession de kinésithérapeute

Pour exercer, les masseurs-kinésithérapeutes doivent être titulaires d’un diplôme d’État, préparé en trois ans dans des instituts de formation spécialisés et agréés. Le concours d’accès à la formation est particulièrement sélectif : en 2012, seuls 5 % des candidats ont été admis.

Conditions d’inscription au concours d’entrée en centre de formation :

  • Être âgé d’au moins 17 ans au 31 décembre de l’année des épreuves d’admission.
  • Être titulaire du baccalauréat ou d’un titre admis en dispense, ou de la réussite à un examen spécial d’entrée à l’université, ou d’un diplôme d’accès aux études universitaires ou d’une expérience professionnelle de cinq ans ayant donné lieu à cotisation à la sécurité sociale.

Les épreuves d’admission comprennent une épreuve de biologie, une épreuve de physique et une épreuve de chimie. Les baccalauréats à dominante scientifique sont donc particulièrement conseillés et beaucoup de candidats passent par une année de classe préparatoire.

Certaines écoles (Besançon, Bordeaux, Dijon, Grenoble, Lyon, Marseille, Nancy, Nice, Orléans, Paris (ADERF), Poitiers, Toulouse, Vichy) pratiquent des conditions particulières pour les candidats issus d’une année préalable en première année commune aux études de santé (PACES).

La formation comprend 16 modules répartis sur trois ans :

  • enseignement théorique, travaux dirigés et pratiques,
  • stages en cabinet et en milieu hospitalier. Les périodes de stage représentent plus d’un tiers de la formation.

Devenir kinésithérapeute : après le concours

Rémunération mensuelle

Durant l’année de stage dans la fonction publique hospitalière, un masseur-kinésithérapeute perçoit environ 1 480 € net et 2 800 € en fin de carrière. S’il accède aux fonctions de cadre de santé, le traitement est alors en fin de carrière de 2 930 € et 3 200 € pour un cadre supérieur de santé.

Évolutions de carrière

Dans la fonction publique hospitalière, la profession est composée de deux grades de catégorie B : masseurs-kinésithérapeutes de classe normale et masseurs-kinésithérapeutes de classe supérieure accessible par l’ancienneté.

Le corps d’encadrement comprend deux grades de catégorie A : masseurs-kinésithérapeutes cadres de santé, masseurs-kinésithérapeutes cadres supérieurs de santé.

Après une expérience professionnelle de 4 ans, une formation d’un an permet de préparer le diplôme de cadre de santé pour occuper ensuite des postes d’encadrement dans un service ou de formateur auprès d’étudiants masseurs-kinésithérapeutes.

Le grade de cadre supérieur est accessible sur concours interne sur titre après au moins 3 ans de service effectif dans le grade de cadre de santé.


Informations complémentaires :

Collège National de la Kinésithérapie salariée 127, avenue de Clichy - 75007 PARIS http://www.cnks.org/

Fédération française des masseurs-kinésithérapeutes rééducateurs 24, rue des Petits Hôtels - 75010 PARIS http://www.ffmkr.org/

Syndicat national des masseurs-kinésithérapeutes rééducateurs 15, rue de l’épée de Bois - 75005 PARIS http://www.snmkr.fr/

Union nationale des masseurs-kinésithérapeutes rééducateurs handicapés visuels 85, rue d’Hauteville 75010 Paris http://unakam.asso.free.fr/


Suivez toute l’actualité des recrutements des métiers de la Fonction publique sur la page Facebook de Vocation Service Public.