L’État embauche encore

L'État embauche encore

Malgré les annonces de suppressions de postes dans les grands ministères, prévues dans le projet de loi de finances 2016, l’État recrutera encore en 2016, mais dans des domaines plus ciblés.

Comme en 2014 et 2015, en 2016 l’Éducation nationale sera en première place pour le nombre de recrutements avec 11 711 nouveaux postes et un budget en augmentation de 500 millions d’euros. Les emplois créés seront répartis entre les professeurs de l’enseignement secondaire et les assistants de vie scolaire. Dans les années à venir, les embauches vont se poursuivre. Les études montrent que 256 000 enseignants partiront à la retraite avant 2022.

Après deux années de suppressions massives : 2 500 en 2014 et 7 000 en 2013, les armées vont créer 2 300 postes. Avec un budget augmenté de 1,13 milliard d’euros, une priorité sera donnée à la défense contre les cyberattaques avec le recrutement de 1 300 nouveaux agents uniquement affectés à cette mission (voir notre sujet du 25 septembre 2015). Il faut ajouter à ces nouveaux postes les soldats volontaires incorporés chaque année (environ 10 000).

Les forces de l’ordre ont également connu une baisse importante des postes ouverts aux concours dans les années précédentes, en particulier pendant le mandat de Nicolas Sarkozy. En sous-effectifs, les forces de police et de gendarmerie seront renforcées de 732 nouvelles recrues en 2016, en plus du remplacement des départs.

Également sinistré en matière d’effectifs, le ministère de la Justice ouvrira plus largement le concours d’entrée à l’École Nationale de la Magistrature avec 280 postes contre 205 en 2015. Avec les magistrats recrutés sur dossier, ce sont 157 postes qui seront créés.