La fin du “un sur deux”

La fin du “un sur deux”

Le 1er mars sur France Inter, Nicolas Sarkozy a indiqué sa volonté d’arrêter le non-remplacement d’un enseignant sur deux dans les classes primaires. Est-ce une brèche significative dans l’un des piliers de la RGPP ?

Les syndicats de police ont saisis l’occasion, par la voix du secrétaire général d’Alliance, Jean-Claude Delage, pour demander que “l’arrêt de la RGPP soit également pris en considération pour l’ensemble de la police nationale”. “Le Président a pris en compte les difficultés des instituteurs. Il faudrait qu’il prenne en compte celles des gardiens de la paix sur le terrain qui, avec cette règle du non-remplacement, sont dans la difficulté quotidienne”.