La Fonction publique européenne et internationale recrute en 2016-2017

La Fonction publique européenne et internationale recrute en 2016-2017

Envie d’ailleurs ? La Fonction publique européenne et internationale peut vous permettre d’exercer votre sens du service public dans de nombreuses villes à l’étranger.

Travailler pour une organisation internationale (Union européenne, Organisation des Nations Unies ou toute autre organisation internationale) a de nombreux attraits : la vie dans un milieu multiculturel, la perspective de servir – à tous niveaux – une grande cause, les possibilités d’évolution dans un environnement administratif stimulant, les conditions fiscales et salaires avantageux…

S’il ne faut pas négliger le revers de la médaille (déracinement, relative précarité), une telle expérience reste extrêmement enrichissante et valorisée.

Environ 35 000 agents travaillent dans la Fonction publique européenne. L’Europe propose des postes de chercheurs, de linguistes, de techniciens de l’information, de juristes-linguistes, de secrétaires…

C’est l’Office européen de sélection du personnel (EPSO) installé à Bruxelles qui organise les concours de la Fonction publique européenne.

JPEG - 7.3 ko

Attention avant de postuler : sachez qu’il faut maîtriser parfaitement deux langues. Il n’y a cependant pas de limite d’âge pour être candidat. Les institutions internationales dont la France est membre (ONU, OTAN…) recrutent et offrent des conditions salariales très avantageuses. Seul bémol, les concours ne sont pas ouverts chaque année aux Français.

Renseignements sur Internet http://www.diplomatie.gouv.fr ou Office européen de sélection du personnel : http://europa.eu/epso/index_fr.htm

Les modes de recrutement

Le concours : un passage obligé

Pour accéder à un emploi de fonctionnaire dans les institutions européennes, le passage par la case concours est obligatoire. C’est le mode de recrutement majoritaire, et en tout cas le seul moyen pour être titulaire d’un poste "à vie". Comme dans la Fonction publique territoriale en France, la réussite au concours ne vaut pas recrutement : elle ne garantit que l’inscription sur une liste de réserve.

Lorsqu’une institution dispose d’un poste vacant, elle sélectionne des lauréats sur cette liste en vue de le pourvoir. Mais mieux vaut postuler de soi-même auprès des institutions situées à Bruxelles, à Strasbourg ou au Luxembourg, la Commission européenne étant le plus gros recruteur…

Attention : ces concours ne sont pas organisés régulièrement.

Une procédure de recrutement n’est en effet mise en place que lorsque des besoins en personnel se font sentir. Il ne faut donc pas s’inscrire à un concours à la légère : qui sait quand paraîtra le prochain ?

Par ailleurs, les critères d’inscription à un concours sont drastiques. Outre bien sûr le niveau et la spécialité des diplômes, il existe souvent une condition de nationalité. À l’Europe dernièrement, de nombreux concours étaient ouverts spécifiquement pour les dix ”nouveaux entrants”.

D’autre part, l’absence de quota est un principe premier des concours européens : tout le monde, sans discrimination, doit avoir une égalité de chances.

A l’ONU, en revanche, existe une règle de quotas géographiques : le concours d’administrateur n’est ouvert qu’aux ressortissants des pays qui n’ont pas rempli le nombre de postes qui leur a été attribué.

VOIR AUSSI LE DOSSIER : RÉUSSIR LES CONCOURS EUROPÉENS

CV et entretien : le recrutement « classique »

La grande majorité des postes au sein des organisations internationales sont pourvus grâce à un mode de recrutement similaire au secteur privé.

Pour le candidat, il s’agit en effet de chercher une annonce de vacance d’emploi, d’y répondre en envoyant un CV et une lettre de motivation, puis éventuellement de passer un ou plusieurs entretiens.

Pour effectuer une veille régulière et efficace, pas de mystère, l’Internet est indispensable. Chaque jour des opportunités apparaissent et disparaissent, donc il faut absolument cibler un nombre limité d’organisations qui pourraient vous convenir (pour leur mission, le lieu de leur siège, leurs rémunérations ?) et saisir votre chance lorsqu’elle se présente !

De nombreuses organisations disposent d’un système de dossier personnalisé en ligne : on remplit un formulaire complet sur sa formation, ses expériences professionnelles et ses objectifs (cela correspond à un curriculum vitae), on enregistre son profil (que l’on peut bien sûr modifier après coup). De cette manière, les candidatures multiples sont facilitées : il suffit d’un clic pour joindre le formulaire qui est déjà présent dans la base.

Le volontariat international en administration (VIA)

Les volontaires internationaux sont placés sous la tutelle du ministère des Affaires étrangères ou de la Direction des relations économiques extérieures (Minéfi).

- Lorsqu’ils dépendent du Quai d’Orsay, ils peuvent être affectés dans une ambassade, un consulat, un service de coopération et d’action culturelle, un service scientifique et technique, un établissement culturel (type Alliance française), un organisme parapublic, un laboratoire ou un institut de recherche public étranger ou de toute autre structure locale agréée. Et ce, pour une durée initiale de 12 mois, renouvelable une fois dans la limite de 24 mois.

- Les VI dépendant de la DREE seront affectés dans les missions économiques ou les chambres de commerce et d’industrie françaises à l’étranger. Les VI ont une durée de 16 mois.

Attention, les annonces ne sont diffusées qu’un à deux jours, car les candidatures sont très nombreuses, mais vous pouvez recevoir les annonces directement dans votre boîte mail en vous inscrivant sur le site.

Sachez que les postes sont plutôt ciblés Bac + 4 ou 5 et s’adressent à ceux (jusqu’à 28 ans) qui ont terminé leurs études (les profils sont détaillés sur le site du Centre d’Information sur le Volontariat International).

Le VIA est considéré comme une expérience professionnelle à part entière : vous devrez être opérationnel(le) de suite. La rémunération fixée par décret d’application varie selon les pays.

Les statuts

À part l’Union européenne et ses emplois permanents pourvus par concours, les organisations internationales entendent le mot ”fonctionnaire” dans un sens radicalement différent de celui qu’on lui donne habituellement en France.

On distingue l’emploi du poste :

- le poste est un travail dans son sens budgétaire : selon les fonds alloués chaque année, les postes sont permanents ou temporaires

- l’emploi en est la version ”ressources humaines”.

Étonnamment, à l’ONU, il est très rare de bénéficier d’un emploi permanent. Sur les postes temporaires, les contrats sont bien sûr à durée limitée, mais ils le sont également le plus souvent sur les postes fixes. Pas de panique, les CDD sont d’une durée de 1 à 5 ans et reconduits automatiquement en cas de satisfaction.

Au sein des autres organisations internationales, les CDI sont légèrement plus fréquents. Cela dit, travailler pour une organisation internationale signifie dans tous les cas accepter les droits et devoirs d’un fonctionnaire. De tout employé sont requis le respect du secret professionnel, l’indépendance vis-à-vis de son État d’origine, l’obéissance hiérarchique, l’exclusivité, la discrétion, etc.

Les métiers

Le présupposé voulant que la Fonction publique internationale propose des emplois de haut niveau se vérifie en partie.

Les emplois d’exécution (équivalents à notre catégorie C) sont le plus souvent recrutés localement. Si vous n’avez pas de diplôme, vous pouvez tenter votre chance au siège du Parlement européen à Strasbourg, d’Interpol à Lyon, ou à Paris à l’UNESCO, l’OCDE, l’ASE (Agence spatiale européenne) ou l’AIF (Agence Intergouvernementale de la Francophonie).

Mais pour les candidats à l’expatriation, un niveau bac est le minimum.

Les concours de l’Union européenne s’adressent à des bacheliers pour la catégorie des assistants (AST), aux licenciés pour celle des administrateurs (AD).

Le concours d’administrateur à l’ONU exige lui aussi l’équivalent d’une licence.

Pour tous les autres postes, à recrutement direct, les annonces décrivent les qualifications nécessaires suivant le niveau hiérarchique du poste vacant. Pour la plupart, une solide expérience professionnelle (minimum 3 ans) est exigée.

Ne vous découragez pas, le jeu en vaut la chandelle !

Un large éventail de métiers est en effet proposé. Tous les métiers de base d’une administration y sont bien sûr présents : la gestion du budget, des achats, la comptabilité, le secrétariat, les ressources humaines, l’administration générale, la sécurité…

À noter également, la prépondérance des métiers de la traduction et de l’interprétariat, due au caractère international du milieu. Cette catégorie de personnel est par exemple la plus importante au sein des institutions de l’UE. Ne serait-ce qu’au service de traduction du Parlement, on ne dénombre pas moins de 1 650 linguistes !

Des postes à spécialité :

Postes liés aux missions spécifiques des organisations internationales : les métiers humanitaires (médecin, spécialiste du planning familial, spécialiste des droits de l’Homme, conseiller en développement, chargé des questions de population…), les métiers de l’économie (analyste financier, programmateur, jeune économiste….), et enfin les métiers extrêmement pointus (météorologue, biologiste moléculaire, contrôleur de la navigation aérienne, spécialiste des espèces marines, etc.).

Quelques organisations internationales

  • Union européenne :
    - Commission,
    - Parlement,
    - Cour de Comptes,
    - EFSA (Autorité européenne de la sécurité des aliments)
    - EUMC (Observatoire européen des phénomènes racistes et xénophobes)…
  • Système de l’ONU :
    - Secrétariat général,
    - CIJ (Cour Internationale de Justice),
    - CNUCED (Conférence des Nations Unies sur le Commerce et le Développement),
    - HCR (Haut Commissariat aux Réfugiés),
    - ONUSIDA (Programme des nations Unies pour le Sida),
    - PNUD (Programme des Nations Unies pour le Développement),
    - UNICEF (Fonds des Nations Unies pour l’Enfance),
    - AIEA (Agence Internationale de l’Energie Atomique),
    - OAA (Organisation pour l’Alimentation et l’Agriculture),
    - UNESCO (Organisation des Nations Unies pour l’Education, la Science et la Culture),
    - OMS (Organisation Mondiale de la Santé),
    - FMI (Fonds Monétaire International)
  • Autres organisations internationales :
    - OCDE (Organisation de coopération et de développement),
    - OTAN (Organisation du Traité de l’Atlantique Nord),
    - BERD (Banque Européenne pour le Reconstruction et le Développement),
    - CPI (Cour Pénale Internationale),
    - CICR (Comité International de la Croix Rouge),
    - INTERPOL (Organisation internationale de la police criminelle),
    - OMC (Organisation mondiale du Commerce),
    - OSCE (Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe)…

- Pour connaître les concours de la Fonction publique européenne et internationale : consultez gratuitement et sans inscription le calendrier des concours.

- Lisez aussi notre dossier : réussir les concours européens.

- Et pour mieux connaître la Fonction publique, découvrez le seul magazine spécialisé gratuit : Vocation Service Public