Les écoles sous haute surveillance

Les écoles sous haute surveillance

Des mesures exceptionnelles ont été annoncées le 24 août par Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l’Éducation, Stéphane Le Foll, ministre de l’Agriculture, et Bernard Cazeneuve, ministre de l’Intérieur, afin de prévenir les risques d’attentat.

Le FIPD (fonds interministériel de prévention de la délinquance) sera doté de 50 millions d’euros pour réaliser les travaux de sécurisation des lieux et renforcer les effectifs. L’élément nouveau est le développement d’une véritable « culture commune de gestion des risques » auprès des enseignants et des parents. Les collectivités locales sont les premiers acteurs pour la sécurisation des établissements.

Pour la sécurisation des bâtiments, 440 référents du ministère de l’Intérieur et 2 500 « correspondants sécurité-école » dans les commissariats et gendarmeries coordonneront les travaux avec les directeurs d’écoles et les collectivités. Dans chaque académie, une cellule de crise a été créée ainsi qu’un état-major départemental de sécurité consacré à la protection de l’espace scolaire sous la direction des préfets.

Trois exercices sont prévus dont un sur le thème « attentat-intrusion » qui devra être organisé avant la Toussaint. 1,2 million d’élèves de troisième et tous les délégués de classes seront sensibilisés aux gestes qui sauvent.