Les métiers de la filière paramédicale
qui recrutent le plus en 2016-2017

Les métiers de la filière paramédicale qui recrutent le plus en 2016-2017

En 2016, la Fonction publique aura recruté plus de 80 000 personnes : découvrez les métiers qui recrutent le plus dans la filière paramédicale pour choisir celui qui correspond à votre niveau d’études et vos aspirations professionnelles.

Aide-soignant

Comme la plupart des professions de santé, le métier d’aide-soignant connait des difficultés de recrutement. Une tendance qui s’atténue depuis trois ans grâce à un regain d’intérêt pour le métier, mais les besoins en personnel sont encore très importants (au moins 5 000 nouveaux postes par an).

Les aides-soignants sont majoritairement présents dans la fonction publique hospitalière en catégorie C.

Après la réussite du concours, la formation dure 41 semaines en Institut de formation d’aides-soignants (IFAS).

Les conditions d’accès sont à « géométrie variable » et de nombreuses passerelles existent avec les métiers de la filière médicale et sociale. Voici les conditions les plus courantes :

- Si vous êtes titulaire d’un diplôme de niveau IV ou d’un diplôme du secteur sanitaire ou social homologué de niveau V ou titulaire d’un diplôme étranger permettant d’accéder à des études universitaires dans le pays où le diplôme ou titre a été obtenu, le concours se limite à une épreuve d’admission et une épreuve d’admissibilité.

- Si vous ne répondez à aucune des conditions ci-dessus, vous devez passer le concours complet. Il existe de nombreuses IFAS. Certaines sont intégrées aux IFSI, d’autres à des CHU.

Le site www.aide-soignant.com vous donnera toutes les indications sur le métier et en particulier la liste des IFAS dans la rubrique « Concours », puis « Liste des IFAS ».

Attention, la formation est généralement payante mais peut être prise en charge par les conseils généraux ou régionaux, Pôle emploi, ou entrer dans le cadre de la formation continue.

Auxiliaire de puériculture

La France est l’un des pays d’Europe où la natalité est la plus forte et aussi celui où les structures d’accueil pour la petite enfance sont les plus nombreuses. Celles-ci sont saturées malgré les efforts des collectivités locales pour développer les différents modes de gardes.

La demande en auxiliaires de puériculture (agents de catégorie C) est constante. Elles sont présentes aussi dans les services pédiatriques des hôpitaux.

Pour accéder à la formation, un concours est nécessaire, accessible aux conditions suivantes :
- le candidat doit avoir 17 ans à la date de l’entrée en formation mais dès 16 ans, le candidat peut passer le concours,
- il faut être titulaire du diplôme national du brevet ou du CAP petite enfance ou d’un diplôme du secteur sanitaire ou social homologué au niveau V minimum.

La formation dure 10 mois. Elle est payante, mais comme pour les aides-soignants, elle peut être prise en charge par les conseils généraux ou régionaux, Pôle emploi, ou entrer dans le cadre de la formation continue.

Vous trouverez une liste des écoles sur le site : www.devenir-auxiliaire-puericulture.fr, rubrique « Le concours d’auxiliaire de puériculture », puis « Liste des écoles et organismes ».

Les IFSI (voir plus bas « Infirmier ») seront également une source d’information sur l’école la plus proche.

Infirmier

Depuis plus de cinq ans, la profession peine à recruter. Les établissements de soins publics sont en sous-effectifs du fait des restrictions budgétaires, mais aussi par la pénurie de candidats.

On estime à environ 75 000 le nombre de postes qui devront être remplacés dans les quatre prochaines années. Le vieillissement général de la population augmente encore la demande en personnel soignant. L’avenir est donc propice pour ceux qui voudraient s’engager dans cette voie.

Dans la fonction publique hospitalière, où exercent la majorité des infirmiers, la fonction appartient à la catégorie A. Les infirmiers qui exerçaient en cat. B au sein de la fonction publique territoriale ou dans la fonction publique d’État ont été reclassés en catégorie A.

Avant d’exercer, il faut réussir le concours d’entrée d’un Institut de formation en soins infirmiers (IFSI) et suivre un cursus de formation de trois ans.

Le concours est accessible :

- Aux titulaires du bac ou d’une équivalence ou du diplôme d’État d’Aide Médico-Psychologique avec une expérience professionnelle de trois ans équivalent temps plein.

- Mais aussi si vous avez travaillé trois ans dans un secteur sanitaire et médico-social (autre que les titulaires du diplôme d’État d’aide-soignant, d’auxiliaire de puériculture et d’aide médico-psychologique) ou cinq ans dans un autre secteur professionnel. À ce titre vous vous présenterez devant un jury de présélection pour un « pré concours ».

- Si vous êtes titulaire du diplôme d’État d’aide-soignant ou du diplôme d’État d’auxiliaire de puériculture et justifiez de trois ans d’exercice en équivalent temps plein, vous présenterez alors l’examen spécifique de sélection réservé aux AS et AP.

- Enfin, il existe des passerelles pour les sages-femmes, les médecins, les étudiants en médecine, les titulaires d’un diplôme d’État de masseur-kinésithérapeute, d’ergothérapeute, de pédicure-podologue, de manipulateur d’électroradiologie médicale, etc.

Le site : www.infirmiers.com est particulièrement complet et vous indiquera dans la rubrique « concours » puis « Instituts de formation (IFSI) » les coordonnées des écoles auprès desquelles vous pourrez vous informer.

SECTEURS PRIVÉ ET ASSOCIATIF

Les secteurs privé et associatif sont également d’importants employeurs des professions paramédicales, notamment dans les maisons de retraite qui recrutent massivement. Par ailleurs, un grand nombre de professionnels exercent en libéral (75 % de kinésithérapeutes et 80 % des orthophonistes).


- Consultez aussi nos fiches-métiers détaillées Devenir auxiliaire de puériculture territoriale, Devenir aide-soignant et Devenir infirmier.

- Suivez toute l’actualité des recrutements des métiers de la fonction publique
sur la page Facebook de Vocation Service Public.