Les risques professionnels dans la fonction publique

Les risques professionnels dans la fonction publique

Ce type d’étude existe depuis longtemps dans le secteur privé. Pour la première fois, une enquête sur les risques professionnels comparés dans les trois fonctions publiques est publiée le mardi 12 février par la Dares et la DGAFP.

L’étude met en évidence des risques supérieurs à la moyenne dans la fonction publique territoriale (FPT), avec en particulier des contraintes physiques et des risques chimiques et biologiques accrus :
- 11, 3 % des agents territoriaux travaillent la nuit.
- 5 % sont exposés à au moins un agent chimique cancérogène.
- 18 % restent débout ou piétinement 20 heures ou plus par semaine.
- 20,9 % estiment ne pas avoir de collègues en nombre suffisant pour effectuer correctement leur travail.
- 21,7 % confient avoir été victime d’au moins une agression verbale de la part du public, au cours des 12 derniers mois.

La part plus importante d’agents de catégorie C dans la FPT explique ces résultats. Avec de nombreux métiers ouvriers, les contraintes physiques et environnementales sont plus importantes. L’âge moyen des fonctionnaires territoriaux, plus élevé que dans les deux autres fonctions publiques, une raison supplémentaire qui pèse sur les résultats de cette étude.

Ces informations proviennent des déclarations des agents au cours des visites médicales et de leurs réponses à un auto-questionnaire rempli sur leur vécu au travail. L’enquête a permis de mieux connaître les risques psychosociaux propre à la fonction publique territoriale : manque de marge de manœuvre, peu de soutien de la hiérarchie et plus surprenant, insécurité de l’emploi.


Voir en ligne : L’étude sur les risques professionnels