Libéralisation du transport par autocar

Libéralisation du transport par autocar

Assurément l’annonce d’Emmanuel Macron, le ministre de l’Économie, sur le projet de libéralisation du transport longue distance par autocar jette un pavé dans la mare du monde des transports publics.

Actuellement, les autocars n’assurent qu’une très faible partie des transports collectifs avec des lignes interurbaines et scolaires, gérées par les départements. La réglementation très restrictive a jusqu’à présent empêché toute initiative dans les liaisons à longue distance afin de protéger le monopole de la SNCF.

Dans les cartons d’Emmauel Macron, les propositions de l’Autorité de la concurrence qui souhaite supprimer la règle des 50 % et créer un "open access" pour l’ouverture totale sans autorisation préalable des liaisons de plus de 200 km. Celles inférieures à 200 km resteraient soumises à autorisation.

Nul doute que l’application d’une telle libéralisation sera créatrice d’emplois (10 à 15 000 selon la FNTV). Mais ces postes seront pour la plupart créés dans le secteur privé, même s’ils sont au service du public.