Lieutenant pénitentiaire : fiche métier

Lieutenant pénitentiaire : fiche métier

Fonction publique d’État (FPE) Catégorie B Secteur Pénitentiaire Métiers associés : surveillant pénitentiaire, gardien de prison, conseiller d’insertion

Lieutenants pénitentiaires : tendance de recrutement

Le secteur pénitencier est une des valeurs sûres du recrutement de l’État. Chaque année, le ministère de la Justice lance une campagne afin de promouvoir ces métiers pénalisés, à tort, par une mauvaise image aux yeux du grand public.

Le recrutement externe des lieutenants pénitentiaires est moins important que celui des surveillants, mais environ 200 postes sont proposés chaque année. La carrière permet des évolutions importantes dans la hiérarchie, mais aussi dans les métiers connexes de l’insertion.

La profession de lieutenant pénitentiaire

Les lieutenants pénitentiaires ainsi que leurs supérieurs, les capitaines et les commandants, constituent le corps d’encadrement et de commandement du personnel de surveillance de l’administration pénitentiaire.

En lien direct avec le directeur, ils participent à l’élaboration de la politique de l’établissement pour la prise en charge des personnes faisant l’objet d’une mesure privative ou restrictive de liberté. Ils organisent l’exécution des décisions pénales et assurent la sécurité générale de l’établissement. Ils coordonnent les équipes de surveillants.

Avec l’ancienneté, ils peuvent exercer des fonctions de chef de détention ou de responsable de service. Dans les maisons d’arrêt de moins de 200 places, les lieutenants pénitentiaires peuvent être chefs d’établissement ou adjoints au chef d’établissement.

Devenir lieutenant pénitentiaire : concours

Les informations sur les conditions d’inscriptions et les épreuves sont disponibles dans la fiche Lieutenant pénitentiaire : réussir le concours 2016-2017.

Après le concours de lieutenant pénitentiaire

Formation et titularisation

Le parcours de professionnalisation des lauréats du concours de lieutenant dure deux années dont une de formation initiale et une de stage dans un établissement pénitentiaire.

Avant l’entrée en poste, une année de formation à l’École nationale d’administration pénitentiaire (ENAP) située à Agen, intégrant des stages dans les établissements pénitentiaires et dans d’autres structures de formation permet d’acquérir les connaissances et la maîtrise des missions.

Un contrôle des connaissances acquises et une notation finalisent l’année de formation en vue de la nomination en qualité de lieutenant stagiaire. Selon les notes obtenues, l’administration pénitentiaire peut décider du redoublement de l’élève ou mettre fin à sa scolarité.

À la sortie de l’ ENAP, l’élève est nommé lieutenant pénitentiaire stagiaire et affecté selon son rang de classement dans un établissement pénitentiaire ou un autre service de l’administration pénitentiaire pour une année probatoire. Tout agent dont le stage n’a pas donné satisfaction peut être voir sa période de stage prolongée ou être licencié.

Les lauréats s’engagent à servir l’État pendant une durée minimale de quatre ans à compter de la titularisation.

Rémunération

Les élèves, pendant leur année de formation initiale, sont à l’indice 335 pour un traitement mensuel brut de 1 551,15 €. Au dernier échelon (8e) de la grille des lieutenants, l’indice est de 550 pour un revenu de 2 546,66 €.

Un capitaine pénitentiaire perçoit de 2 100 € à 2 815 € brut et un commandant pénitentiaire en fin de carrière 3 350 €.

À ces rémunérations s’ajoutent des primes qui sont nombreuses en raison des contraintes et des difficultés du métier.

Évolution de carrière

L’évolution de carrière est particulièrement intéressante dans le secteur pénitentiaire. Par la promotion interne, le lieutenant peut accéder au grade de capitaine pénitentiaire par tableau d’avancement, puis au grade de commandant par la voie d’une sélection professionnelle ou par tableau d’avancement.

Tous les autres corps de l’administration pénitentiaire sont également ouverts par concours interne.

Le grade de lieutenant pénitentiaire est également accessible aux premiers surveillants et majors pénitentiaires s’ils sont âgés de 38 ans au moins, après 15 ans de service dont 5 ans d’encadrement.

Informations complémentaires :

- École nationale administration pénitentiaire

- Site de l’ENAP, la page sur la préparation intégrée