Cette rubrique est parrainée par la Banque Française Mutualiste

Lionel, ingénieur territorial après quelques années dans le privé

Ayant commencé ma vie professionnelle en 1995 avec un diplôme d’ingénieur en poche, je ne suis entré dans la Fonction publique territoriale qu’en 2002. Entre-temps, j’ai eu la chance de pouvoir travailler dans plusieurs types de sociétés privées (éditeur de logiciel, société de service) et une entreprise publique (le CNASEA) ayant comme tutelle le ministère de l’Emploi et de la solidarité ainsi que le ministère de l’Agriculture.

Je considère que la différence entre le privé et le public se situe principalement dans l’objectif stratégique que se fixe l’entreprise : est-ce uniquement mercantile ou est-ce pour des individus ? La distinction entre la FPE (Fonction publique de l’État) et la FPT (Fonction publique territoriale) est plus subtile car les deux se tournent vers les besoins d’autrui, mais pour offrir des prestations différentes. La FPE est essentiellement constituée par l’éducation, mais on y retrouve aussi tous les agents des différents ministères, ce qui me paraît plus lointain des besoins immédiats des citoyens. De plus, dans la FPE, lorsqu’un agent souhaite changer de lieu de travail, il effectue une demande de mutation auprès de sa hiérarchie, alors que dans la FPT, cet agent envoie son CV et passe des entretiens.

Personnellement, en 2001, j’ai trouvé l’écrit du concours d’attaché de l’État plus facile que celui d’ingénieur de la Fonction publique territoriale. Pour ces deux concours, une note de synthèse permet de sélectionner les candidats. Dans le premier, plusieurs questions permettent d’aiguiller vers une réponse alors que dans le second concours, juste une question est posée. Pour l’oral, le concours d’attaché nécessite plusieurs épreuves dans des matières différentes alors que pour la FPT un seul passage devant un jury est alors nécessaire. À la suite de ces concours, une formation initiale s’ensuit. Pour la FPE, au niveau de l’attaché, elle s’effectue dans une école pendant un an. Le classement à la fin de cette scolarité permet à l’agent de choisir son lieu d’affectation. Pour la FPT, après le concours, il faut trouver sa collectivité d’accueil puis effectuer une formation initiale (qui à l’époque était de plusieurs mois, elle est maintenant réduite à 5 jours !). Cette formation était répartie entre stages théoriques et pratiques. Durant cette formation, la quantité de travail s’accumule sur votre bureau, alors que ce n’est pas le cas pour la FPE (puisque dans le futur lieu d’accueil, l’agent n’est pas encore connu !).

J’ai eu l’opportunité de pouvoir choisir entre les deux et j’ai préféré la FPT, malgré une différence de salaire. En effet, les primes dans la FPT doivent (par texte réglementaire) être inférieures à celles que l’on peut percevoir dans la FPE. Cette réflexion m’a permis d’approfondir ces deux questions fondamentales pour moi :
- Pour qui je souhaite travailler ?
- Comment pourrais-je évoluer ?

Je vous souhaite la possibilité d’avoir un tel choix et vous encourage grandement à bien travailler vos concours, car la Fonction publique est basée sur ce principe, quitte à passer une Valorisation des Acquis d’Expérience afin de vous projeter vers l’accès à un concours plus élevé.


- Vous souhaitez devenir ingénieur territorial ? Informez-vous avec notre fiche-métier.

- Pour connaître les dates d’inscription au concours, consultez gratuitement et sans inscription notre calendrier.

- Retrouvez d’autres témoignages dans le magazine gratuit Vocation Service Public.