Cette rubrique est parrainée par la Banque Française Mutualiste

Marjorie, sapeur-pompier professionnel au centre de secours de Belley (Ain)

Marjorie, sapeur-pompier professionnel au centre de secours de Belley (Ain)

Être sapeur-pompier dans un centre de secours est un métier d’hyper-proximité. En effet, si nous ne sommes pas logés à la caserne, notre domicile ne doit pas se trouver à plus de 8 minutes en voiture du centre de secours.

De plus, si l’on souhaite changer de ville ou de département, il est assez facile de trouver un poste dans un autre centre de secours. C’est l’une des raisons de mon choix auxquelles s’ajoute le coeur même des missions qui est de rendre service aux gens, être proche d’eux pour les accompagner dans les moments difficiles.

Si je regarde mes collègues volontaires, beaucoup sont dans la fonction publique territoriale car leur métier permet aussi de rester proche des leurs et de la caserne avec la perspective de faire une carrière. Sapeur-pompier est un métier de passion et de relation. Il est important de pouvoir tisser des liens sociaux pour faire encore mieux notre travail.

Je me souviens des années 1990, lorsque j’ai commencé. On parlait alors de mobilité comme si c’était une panacée, une exigence pour évoluer professionnellement. Beaucoup de mes collègues plus âgés ont eu à souffrir de cette obligation.

Heureusement, depuis une dizaine d’années, le souhait de rester dans sa ville ou sa région d’origine est de plus en plus respecté et autour de moi, beaucoup apprécient de pouvoir évoluer dans la hiérarchie sans être obligé de s’expatrier.