Réduction des déficits, Michel Sapin veut discuter avec Bruxelles

Réduction des déficits, Michel Sapin veut discuter avec Bruxelles

Le 3 avril sur France Inter, Michel Sapin, ministre des Finances et des Comptes publics a indiqué qu’il discuterait avec la Commission européenne sur la cadence de réduction des déficits.

Pour le ministre, cette réduction des déficits sous la barre des 3 % du produit intérieur brut d’ici 2015 - soit 50 milliards d’euros d’économies dans les dépenses publiques - est toujours d’actualité, mais il souhaite "trouver le chemin de l’intérêt commun".

Pour le ministre, "les objectifs sont des objectifs que nous tiendrons" mais sans s’engager sur des dates car il ne faut pas "casser les ressorts de la croissance qui sont aujourd’hui en train de s’allumer". Les 50 milliards ne doivent "pas faire peur à tout le monde … Je l’ai vu dans le domaine du travail : il y a des économies possibles sans pour autant massacrer … il faut le faire avec intelligence, tact et subtilité".

La veille, Manuel Valls avait déjà indiqué sur TF1 concernant les déficits que "la situation est stabilisée par rapport à 2012" mais avec le souhait de prolonger cette action et d’aller plus vite : "Réduire les déficits, il n’y a pas d’autre choix, … c’est une question de crédibilité pour la France. Notre dette, nous devons la maîtriser, sinon nous perdons notre souveraineté nationale."

Le premier ministre a plaidé pour une rigueur budgétaire intelligente et a rassuré les fonctionnaires tout en avertissant : "sans mettre en cause les services public fondamentaux, indispensables à la solidarité, à la cohésion de notre pays. Je suis très attaché aux services publics, à condition qu’il soient efficaces".