Réussir les concours EPSO de la fonction publique européenne

Réussir les concours EPSO de la fonction publique européenne

Vous souhaitez travailler pour une institution de l’Union européenne ? Devenir fonctionnaire européen présente de nombreux attraits : la vie dans un milieu multiculturel, la perspective de servir de grandes causes, les possibilités d’évolution dans un environnement administratif stimulant, des conditions fiscales et salariales avantageuses… Pour les candidats aux concours, voici le dossier pour tout savoir sur les épreuves de sélection, exemples à l’appui.

Entrez dans les institutions européennes

L’arrivée de l’automne coïncide avec l’ouverture des concours de la fonction publique européenne pour les assistants (AST). Cette année, le recrutement devrait couvrir au moins trois domaines : le droit, la comptabilité et les finances. Si vous possédez un diplôme de l’enseignement supérieur ainsi qu’une expérience professionnelle d’au moins trois ans dans l’un de ces domaines et si vous parlez une langue étrangère, vous pourrez postuler. Sinon, ne vous découragez pas. D’autres concours seront organisés pour les administrateurs (AD) au printemps et pour les traducteurs et interprètes en été. Passer un concours AST, c’est aussi une bonne occasion de se préparer à un concours AD. Les tests sont en effet très similaires.

Par comparaison avec la fonction publique française, un poste d’assistant au sein d’une institution européenne correspond à un poste de catégorie B. Par exemple, un assistant en gestion financière/comptabilité effectuera des tâches aussi variées que l’élaboration de prévisions budgétaires, la planification et la gestion des procédures de passation des marchés publics ou la gestion financière et opérationnelle de contrats ou subventions. Les postes de fonctionnaires européens sont essentiellement basés à Bruxelles, mais des opportunités de carrière existent aussi dans d’autres pays, en Europe et dans le reste du monde.

JPEG - 38.8 ko

Première étape : s’inscrire à un concours européen

Les concours sont organisés pour l’ensemble des institutions européennes par l’EPSO (Office européen de sélection du personnel). Premier conseil : consultez régulièrement le calendrier des concours sur leur site et ne tardez pas pour vous inscrire. Les inscriptions s’achèvent en général un mois après la publication de l’avis de concours. Vous devez aussi réserver à l’avance votre place au centre d’examen ! Avant de vous inscrire, lisez attentivement l’avis de concours. Il vous renseigne notamment sur les conditions d’inscription, la nature des tests et le choix des langues.

Les inscriptions se font par voie électronique. Vous devez créer votre « compte EPSO » qui inclura un CV très détaillé et vos motivations. Ces informations sont très importantes pour la seconde phase du concours : le jury rejettera votre candidature s’il considère que ces informations ne sont pas en adéquation avec le profil recherché.

PNG - 21.7 ko

Tous les concours se déroulent en deux phases : une phase de présélection et une phase d’évaluation. La nature des épreuves varie en fonction des concours. La présélection comprend toujours trois tests de raisonnement logique et le plus souvent, un test de jugement situationnel. Les candidats aux concours AST doivent en outre passer deux tests de compétences spécifiques : exactitude et précision d’une part, et priorité et organisation d’autre part. La phase d’évaluation comprend un entretien structuré et, selon le type de concours, un exercice de groupe, une présentation orale, une étude de cas et/ou un exercice de bac à courrier.

Le choix des langues est très important. Pour réussir les concours, vous devez maîtriser une langue étrangère, de préférence l’anglais ou l’allemand. Toutes les épreuves, à l’exception des trois tests de raisonnement logique, se passent dans la deuxième langue qui peut être le français, l’anglais ou l’allemand. Les trois tests de raisonnement logique se déroulent dans la première langue, qui doit être une des 24 langues officielle de l’UE et qui doit être différente de la seconde langue. Un francophone peut donc choisir de passer les tests de raisonnement en français et le reste des épreuves en anglais ou en allemand… ou inversement ! A chacun de voir.

Seconde étape : se préparer

La réussite au concours exige une préparation rigoureuse étalée sur plusieurs semaines. Le nombre de semaines varie en fonction du niveau de départ du candidat. L’essentiel est de trouver le bon rythme et de progresser par étapes, tout en restant confiant. Tous les tests sont chronométrés et la plus grande difficulté pour les candidats est de réussir à répondre à toutes les questions dans les délais impartis, condition indispensable pour être admissible  ! D’où la nécessité d’acquérir des automatismes.

Dans un premier temps, le candidat doit assimiler la méthodologie spécifique à chaque test. Comment ? En suivant des cours et en travaillant sur des ouvrages. Il existe sur le marché des ouvrages très complets pour chaque type de test. Préférez ceux contenant une méthodologie détaillée. Une fois les automatismes acquis, vous pourrez vous exercer dans les conditions du concours en effectuant des tests sur écran. Vous trouverez des exemples de test auprès d’organismes de formation dont la liste figure sur le site de l’EPSO.

Troisième étape : la présélection

Les tests de présélection (appelés aussi tests d’accès) sont difficiles  : en général, plus de 95% des candidats sont éliminés durant cette phase. Mais rassurez-vous : avec une bonne préparation, il est tout à fait possible d’être dans les 5% ! Voici quelques exemples de questions proposés par ORSEU Concours, un organisme de préparation aux concours européens.

1- Le test de raisonnement verbal évalue la capacité des candidats à comprendre et à analyser des données verbales. Il est constitué de 20 questions à choix multiple. A chaque question correspondent un texte et quatre affirmations. Le candidat doit choisir l’affirmation qui se déduit du texte. La durée totale du test est de 35 minutes.

Le test de raisonnement verbal est un test de logique. Pour réussir, le candidat doit savoir analyser un texte et comprendre le sens d’une affirmation. Il doit aussi maîtriser certaines règles de logique verbale pour déterminer dans quel cas une affirmation peut ou non se déduire du texte. Pour gagner du temps, il doit enfin être capable de repérer rapidement les affirmations qui ont la plus grande probabilité de constituer la bonne réponse et lire un texte de manière sélective.

Exemple 1 - raisonnement verbal (réponse en fin d’article)

A quelques exceptions près, le commerce international des baleines est interdit. La Commission baleinière internationale n’a pas encore donné son accord pour autoriser le rétablissement du commerce des baleines. L’UE soutient cette position et n’est donc pas favorable au maintien du commerce du petit rorqual. Un certain nombre d’espèces de poissons ne sont pas encore suffisamment protégées par CITES. L’UE fait donc pression pour réglementer le commerce du remarquable poisson Napoléon qui vit dans le Pacifique, mais qui est menacé de surexploitation (aquariums et industrie alimentaire). La Commission souhaite un renforcement des contrôles pour le grand requin blanc, dont les mâchoires et les dents sont très prisées comme souvenirs. Elle va également insister pour une meilleure protection de la datte de mer, qui fait déjà l’objet d’une stricte protection au titre de la directive « Habitats ».

Laquelle de ces propositions est correcte ?

- a) Le petit rorqual est une espèce de baleine.
- b) La Commission baleinière internationale ne souhaite pas rétablir le commerce des baleines.
- c) Le grand requin blanc est surtout recherché pour ses mâchoires et ses dents.
- d) Le commerce international des baleines est totalement interdit.

2- Le test de raisonnement numérique évalue la capacité des candidats à comprendre et à analyser des données numériques. Il comprend 10 questions à choix multiple. Chaque question est le plus souvent associée à un tableau ou un graphique. Pour chaque question, le candidat doit choisir, parmi 5 affirmations, celle qui répond à la question. La durée totale du test est de 20 minutes. L’usage de la calculatrice (basique !) est autorisé.

Le test de raisonnement numérique ne se résume pas à une épreuve de calcul. Pour réussir, le candidat doit savoir lire un énoncé et interpréter un tableau ou un graphique pour poser correctement les opérations à effectuer. Il doit maîtriser certains concepts mathématiques de base comme les proportions, les taux de variation et les moyennes. Pour répondre dans les délais impartis, il doit éviter les longs calculs chaque fois que possible et ne pas recourir systématiquement à la calculatrice.

Exemple 2 – raisonnement numérique (réponse en fin d’article)

PNG - 28.1 ko

3- Le test de raisonnement abstrait évalue la capacité des candidats à résoudre des problèmes, à appréhender des notions complexes et à développer des stratégies. Il comprend 10 questions à choix multiple. Chaque question consiste en une série de cinq diagrammes contenant des formes géométriques qui sont répétées ou modifiées suivant une séquence logique. Pour chaque question, le candidat doit identifier la logique sous-jacente et trouver, parmi 5 options, le diagramme qui complète la série. La durée totale du test est de 10 minutes.

Le test de raisonnement abstrait est un test de logique. Pour réussir, le candidat doit être capable d’établir des analogies entre des formes et des combinaisons de formes différentes. Il doit savoir repérer des changements : par exemple, des changements de couleur, des déplacements, des superpositions de formes… Il doit également connaitre certaines notions de géométrie comme les rotations, les translations ou les symétries.

Exemple 3 – raisonnement abstrait (réponse en fin d’article)

PNG - 11.8 ko

4- Le test de jugement situationnel évalue le comportement et la prise de décision des candidats en milieu professionnel. Il comprend 20 questions à choix multiple. Chaque question décrit un scénario en rapport avec une situation de travail et une série de 4 actions possibles. Le candidat doit choisir l’action qui lui paraît la plus efficace et celle qui lui paraît la moins efficace. La durée totale du test est de 30 minutes.

A travers ce test, le jury évalue 5 compétences : analyse et résolution de problèmes, qualité et résultats, hiérarchisation des priorités et organisation, persévérance, et travail d’équipe. Dans l’exemple ci-dessus, c’est la compétence « qualité et résultats » qui est jugée.

Exemple 4 – jugement situationnel (réponse en fin d’article)

Vous venez de terminer un rapport qui vous a demandé beaucoup de temps et d’énergie. On vous demande maintenant de gérer un nouveau projet avec des délais très courts. Cependant, votre planning est déjà très chargé.

- a) Vous prenez cela pour une marque de confiance et acceptez. S’il le faut, vous effectuerez une partie du travail chez vous le week-end.
- b) Avant d’accepter, vous demandez à bénéficier de l’aide de quelques collègues.
- c) Vous refusez, mais proposez d’intervenir selon vos compétences en cas de besoin.
- d) Vous acceptez. Cependant, la qualité du travail ne sera pas au niveau attendu.

5- Le test d’exactitude et de précision est uniquement présent dans les concours AST. Il évalue la capacité des candidats à repérer rapidement des erreurs dans un document. Il comprend 40 questions à choix multiple. Chaque question comporte deux tableaux devant contenir les mêmes informations. Le candidat doit comparer les informations contenues dans les deux tableaux et recenser les éventuelles erreurs. La durée totale du test est de 6 minutes. Le principe du test est simple : vous devez chercher les erreurs. Toute la difficulté repose sur le délai imparti : le candidat dispose en moyenne de 9 secondes par question ! Pour réussir le test, il est indispensable de développer la concentration visuelle et d’évacuer le stress lié à la pression horaire. Les techniques de concentration et de relaxation sont ici les bienvenues.

Exemple 5 – exactitude et précision (réponse en fin d’article)

PNG - 57.1 ko

Quelles sont les erreurs ?
- a) Equipements
- b) Nom et autoroute
- c) Nom, autoroute et équipements
- d) Nom et équipements
- e) Aucune erreur

6- Le test de priorité et d’organisation est aussi uniquement présent dans les concours AST. Il évalue les capacités d’organisation des candidats et leur aptitude à hiérarchiser les priorités dans le travail. Il comprend 24 questions à choix multiple. Certaines ont trait à des problèmes d’horaires, comme organiser un trajet ou gérer un planning. D’autres sont des problèmes d’optimisation sous contraintes : le candidat doit choisir la meilleure option possible compte tenu de contraintes. La durée totale du test est de 24 minutes.

Le test de priorité et d’organisation exige de la rigueur et de la méthode. Pour réussir, le candidat doit interpréter correctement un tableau et être capable de retranscrire une question sous la forme d’équations ou d’une série d’instructions.

Exemple 6– priorité et organisation (réponse en fin d’article)

PNG - 41.3 ko

Quatrième étape : le centre d’évaluation

Les candidats qui remplissent toutes les conditions d’admission et qui ont obtenu les meilleurs résultats aux tests d’accès (en général, entre 80 et 90% de bonnes réponses !) sont invités à la seconde phase du concours. Alors que les tests d’accès se déroulent dans tous les pays européens (il existe un centre d’examen à Paris), les épreuves en centre d’évaluation se déroulent à Bruxelles, en général sur une journée et demie.

La nature des épreuves varie en fonction de la catégorie du concours. Les candidats aux concours AST passent une étude de cas, une épreuve de bac à courrier, et un entretien structuré. Les candidats aux concours AD ont quatre épreuves : une étude de cas, un exercice de groupe, une présentation orale et un entretien structuré.

L’étude de cas évalue les compétences spécifiques des candidats dans le domaine du concours (par exemple en droit, si le concours s’adresse à des juristes). Les autres épreuves évaluent des compétences générales. En plus de celles évaluées dans le test de jugement situationnel (analyse et résolution de problèmes, hiérarchisation des priorités et organisation, qualité et résultats, persévérance, et travail d’équipe), on trouve deux ou trois autres compétences : communication, apprentissage et développement et, pour les AD uniquement, capacités d’encadrement. La définition de ces compétences est donnée dans le guide applicable aux concours généraux que les candidats sont invités à télécharger sur le site de l’EPSO au moment de leur inscription. Des exemples d’épreuves figurent également sur ce site.

Cinquième étape : la liste de réserve

Les candidats qui ont réussi les épreuves d’évaluation (les « lauréats » du concours) sont inscrits sur une liste de réserve. Avant de devenir fonctionnaire, il leur reste à passer une dernière épreuve : l’entretien d’embauche. Il se déroule avec les responsables du service intéressé par leur candidature.

Les CAST : une autre voie pour travailler dans les institutions européennes et préparer un concours

Un autre moyen d’accéder aux postes très convoités de la fonction publique européenne est de passer un examen pour être agent contractuel (CAST ). Pour les CAST généralistes, les épreuves du concours sont similaires à celles des concours généraux. On trouve en particulier un test de raisonnement verbal, un test de raisonnement numérique et un test de raisonnement abstrait. La deuxième phase comprend un test de compétence, sous forme écrite ou orale, et une étude de cas dans le domaine concerné.

Les examens CAST sont moins difficiles que les concours dans la mesure où le candidat doit obtenir un pourcentage minimum de bonnes réponses (variable selon la catégorie) et non le maximum de bonnes réponses. Réussir un examen CAST permet aussi de bénéficier d’une expérience professionnelle dans les institutions. Un atout non négligeable lorsque l’on aspire à devenir fonctionnaire européen !

PNG - 11.2 ko

- Consultez aussi le dossier La Fonction publique européenne et internationale recrute en 2016-2017.