Sous-officier de gendarmerie : fiche métier

Sous-officier de gendarmerie : fiche métier

Fonction publique d’État Catégorie B Secteur : sécurité, armée Métiers associés : officier de gendarmerie

Sous-officiers de gendarmerie : tendance de recrutement

Le volume des recrutements annuels est stable avec environ 600 à 700 postes pour le concours externe. Chaque année, autant de nouveaux gendarmes sont issus de la filière des GAV par le biais du concours interne.

Les postes promis par le Président Hollande à la suite des attentats de 2015 devraient augmenter le nombre de lauréats aux concours pour 2016 et 2017.

La profession de sous-officier de gendarmerie

La gendarmerie jouit d’une image très positive auprès de la population et l’ensemble des services sont valorisants pour les militaires qui en exercent les missions.

Si la plupart des postes sont répartis en métropole, l’outre-mer et l’étranger offrent aussi des opportunités pour des missions où l’action, les responsabilités et les relations humaines sont vécues au quotidien. Les gendarmes sont au service de la population et de la loi. Ils représentent l’autorité de l’État et assurent la sécurité des personnes et la tranquillité publique.

Le métier de gendarme offre plusieurs voies et de nombreuses spécialisations. C’est souvent un métier à très forte technicité que ce soit dans les services administratifs ou opérationnels avec des perspectives d’élévation hiérarchique vers des postes d’encadrement.

Les gendarmes peuvent réaliser des missions de :

  • police judiciaire (technicien en investigations criminelles - portraitiste - maître de chien…),
  • sécurité routière (motocycliste - pilote de véhicule rapide d’intervention),
  • formateur relais antidrogue ou écologie-environnement,
  • spécialiste montagne (ski - alpinisme - spéléologie),
  • pilote d’hélicoptère,
  • pilote de vedette ou pilote d’engin blindé,
  • plongeur autonome, maître-nageur sauveteur,
  • moniteur de sport,
  • cavalier,
  • musicien,
  • transmetteur,
  • informaticien,
  • membre du GIGN…

Ces activités s’exercent en :

  • unités de gendarmerie départementale,
  • escadrons de gendarmerie mobile,
  • unité de la Garde républicaine,
  • brigades de prévention de la délinquance juvénile,
  • gendarmerie de l’air,
  • gendarmerie des transports aériens,
  • gendarmerie maritime,
  • gendarmerie de l’armement,
  • unités d’outre-mer,
  • états-majors,
  • ambassades de France à l’étranger,
  • organismes internationaux…

Les gendarmes sont des militaires placés sous la double tutelle du ministère de la Défense pour leur statut et du ministère de l’Intérieur pour le volet opérationnel ainsi que pour la grille indiciaire de rémunération qui leur est appliquée.

Devenir sous-officier de gendarmerie : qualités requises

Les missions de la gendarmerie demandent des personnels dynamiques et ouverts au monde, aux nouvelles technologies et aux autres.

L’esprit d’équipe, la solidarité, le goût de l’ordre et de la loi, le sens du devoir et des responsabilités sont indispensables. Dans les brigades territoriales, il faut aussi de grandes qualités humaines. Tout au long de sa carrière, le gendarme doit développer ses compétences et être à la pointe des techniques dans son domaine d’activité.

Mais la gendarmerie est avant tout un métier « qui bouge ». La mobilité et la disponibilité sont très importantes pour l’évolution de la carrière. La vie en caserne est aussi un élément à prendre en compte dans le quotidien du gendarme.

Le concours de sous-officier de gendarmerie

Les informations sur les conditions d’inscription et les épreuves sont disponibles dans la fiche Sous-officier de gendarmerie : réussir le concours 2016-2017.

Devenir sous-officier de gendarmerie : après le concours

Formation

Les lauréats du concours reçoivent une autorisation d’engagement qui indique l’école et la date d’incorporation préalable à 12 mois de formation.

À l’arrivée à l’école, ils doivent passer une visite médicale avant toute incorporation. Elle constitue la dernière étape du contrôle pour l’aptitude et doit confirmer les résultats de la visite médicale de sélection. Les élèves inaptes verront leur contrat d’engagement annulé. Le dépistage de la toxicomanie est une cause d’inaptitude à l’engagement.

La période de 12 mois de formation en école constitue également une période probatoire où le contrat d’engagement peut être dénoncé :

  • sur demande de l’intéressé,
  • pour inaptitude physique préalable à l’engagement,
  • pour inaptitude à l’emploi de gendarme (non-respect des conditions légales et réglementaires régissant l’engagement dans la gendarmerie).

La formation initiale des sous-officiers de gendarmerie est dispensée au sein des écoles de gendarmerie de Chateaulin (29), Chaumont (52), Montluçon (03) ou Tulle (19). Elle est rémunérée.

Affectation

La première affectation en unité est choisie par les élèves en fonction du classement de chacun, parmi les places offertes au choix à la Direction générale de la gendarmerie nationale, dans une brigade de gendarmerie départementale, un escadron de gendarmerie mobile ou une compagnie d’infanterie de la garde républicaine.

Les gendarmes ayant des compétences particulières reconnues pendant la formation initiale pourront être affectés directement à une unité : motocycliste, cavalier, musicien, secouriste en montagne, pilote ou mécanicien d’hélicoptère.

Évolutions de carrière

Le gendarme peut évoluer dans la grille de sa fonction jusqu’au grade de major. Pendant tout le déroulement de sa carrière, il pourra passer des concours internes pour devenir officier, puis officier supérieur.

Une évolution transversale est également possible entre les différents services et les différentes spécialisations.

Rémunération

La rémunération mensuelle brute s’élève à 1 430 € lors de la formation puis à 1 454 € en début de carrière. Au dernier échelon de la grille indiciaire de major (le plus haut grade des sous-officiers de gendarmerie), la rémunération est de 2 600 €.

Les sous-officiers de gendarmerie bénéficient d’un logement en caserne. Ils servent sous le statut militaire et bénéficient par conséquent de l’affiliation au régime de la sécurité sociale militaire et de la réduction de 75 % sur le tarif SNCF.

Informations complémentaires :

Le portail officiel du recrutement : www.lagendarmerierecrute.fr