Elsa, attachée territoriale en détachement dans la fonction publique hospitalière

Elsa, attachée territoriale en détachement dans la fonction publique hospitalière

Après avoir réussi le concours d’attaché territorial, Elsa a occupé un poste de chargé de mission action sociale dans un CCAS, puis un poste de juriste en mairie. Aujourd’hui en détachement dans la fonction publique hospitalière sur un poste de responsable du pôle patientèle et activités, elle envisage une nouvelle mobilité.

J’ai toujours eu une sensibilité particulière pour le collectif, la justice et le « vivre ensemble ». La question s’est posée au moment de l’année du bac.

J’étais déjà attirée par les métiers de l’enseignement et j’étais animatrice pendant les vacances en centre de loisirs… Mon milieu familial m’avait, par ailleurs, communiqué l’intérêt pour la chose publique, le bien commun.

J’ai su relativement tôt que je voulais m’engager pour et dans le service public, la société, le (mieux) vivre ensemble. Je pouvais et ne peux toujours pas considérer travailler pour une fin purement commerciale, financière ou personnelle, il faut que ce soit utile, que ça participe au bien-être du plus grand nombre…

Ma professeure d’histoire à l’époque m’avait dit : « Fais du droit, tu seras un très bon Procureur… » J’ai suivi son conseil mais au final j’ai choisi un autre métier.

Dès la première année, le droit constitutionnel (comme beaucoup d’étudiants) et le droit administratif, en particulier la partie sur la création du service public, m’ont interpelée. Je me suis spécialisée dès la licence en droit public.

Puis, je me suis intéressée plus spécifiquement au droit des collectivités territoriales, échelon de proximité sur lequel j’avais l’impression que l’on pouvait avoir un impact très concret, et aux thématiques autour du droit public économique, les modalités d’actions des personnes publiques et les outils à leur disposition pour développer un territoire et répondre au plus près aux besoins des populations. Bref, cela m’a conduite vers les métiers de la fonction publique territoriale. J’ai donc préparé le concours d’attaché territorial.

J’ai choisi de passer le concours car pour moi c’était la voie la plus « noble/légitime » et rapide d’accéder au service public. Depuis, le recours aux contractuels s’est démocratisé et l’obtention d’un concours n’est plus obligatoire. Les deux modes d’accès ont leur place et peuvent cohabiter sans difficulté. Les postes contractuels sont tout aussi intéressants. Et ce statut est une voie intéressante lorsque l’on ne rentre pas dans le « moule » des concours…

Toutefois je n’étais pas prête à passer n’importe quel concours pour rentrer dans le service public. Le concours d’attaché territorial m’a plu car il répondait à mon intérêt pour la sphère des collectivités locales, qu’il permettait d’accéder à des postes dans des domaines très différents et avec un niveau de responsabilité ou d’expertise.

Et enfin, un élément également déterminant, je pouvais choisir mon poste, comme dans le privé. Je refusais de me soumettre au jeu des affectations par classement et autre… notamment parce que je ne peux pas vivre sans soleil - et donc pas au-dessus de Montélimar !

J’ai fait le choix de préparer le concours dans le cadre d’un master 2 Carrières publiques avec l’université de Lyon 3. Cela m’a donné de la méthodologie à l’écrit comme à l’oral et un rythme de révision. Je ne peux que le recommander.

Par ailleurs, certains intervenants sont des professionnels et cela peut ouvrir des voies sur le monde du travail. Cela a été mon cas. J’ai trouvé un CDD en mairie (remplacement de congé maternité) grâce à ma responsable de master qui était en lien avec la directrice en question. Elle m’a transmis l’annonce. Cela m’a permis d’avoir un pied dans la Fonction publique en attendant le concours et de commencer à constituer mon réseau. Une fois le concours en poche, j’ai très rapidement trouvé un poste de titulaire.

Plus globalement, pour réussir son concours, il est indispensable d’être convaincu que l’on a le niveau pour y arriver et donc être dans une posture dynamique, positive. Ensuite, il faut se mettre dans le moule le temps du concours. Une fois en poste on fait (presque) ce que l’on veut.

Pour les écrits, la première étape est de prendre connaissance de la note de cadrage qui donne les consignes de correction et le programme de révision. Pour les oraux, il faut travailler l’attitude verbale et non verbale. Penser à sa tenue et surtout avoir en tête que c’est un test, le jury cherche des personnes raisonnables et raisonnées, dotées d’une capacité d’analyse. Peu importe que l’on soit expert sur toutes les questions, le bon sens et la motivation sont la clé.

J’ai réussi le concours d’attaché territorial à la fin de mon CDD en mairie. La directrice a soutenu ma candidature sur un poste de chargée de mission action sociale dans un CCAS. Puis je suis revenue sur mon cœur de métier, juriste en mairie.

J’ai voulu changer de région et de domaine : j’occupe actuellement un poste d’attaché d’administration hospitalière orienté finances/contrôle de gestion en détachement.

En tant que responsable du pôle patientèle et activités, je suis responsable :

  • des admissions : actes administratifs et dossiers de facturation ;
  • des relations usagers : cela comprend l’animation et gestion de la commission des usagers, instance obligatoire qui a vocation à renforcer la démocratie sanitaire, la gestion des plaintes et réclamations…
  • du suivi de l’exécution du budget de fonctionnement de l’établissement ;
  • du contrôle et du dialogue de gestion avec les deux pôles d’activité médicale.

Après 5 ans en détachement à l’hôpital, je suis en cours de recherche de mobilité. J’avoue aimer changer de poste régulièrement, je trouve cela dynamisant. J’aimerais à moyen terme occuper un poste de DGS dans une commune rurale (retour aux sources).

Le service public offre une diversité de postes et de domaines pour ceux qui sauront profiter des possibilités de mobilité. C’est un terrain de jeu où l’on peut s’accomplir, se sentir utile, se challenger en allant là où on ne nous attend pas…

On peut arriver à bouger les lignes, être innovants et construire la société de demain. Oui, il y a des déceptions et des frustrations. On aimerait que tout le monde travaille comme soi, à niveau d’investissement et d’engagement égal et que ça avance plus vite…

La Fonction publique demande de l’adaptation (parfois très rapide) et de la patience (pour les chantiers les plus longs, pour le relationnel parfois délicat entre plusieurs métiers/conceptions qui appelle négociation et force de persuasion).

La Fonction publique est une grosse machine, parfois un peu longue au démarrage mais, une fois lancée, très enrichissante ! Le parcours est ponctué de belles rencontres, de beaux projets et de belles réussites.


Retrouvez d’autres témoignages d’agents publics titulaires ou contractuels !

Vous cherchez un emploi de titulaire ou de contractuel ?

Accédez ici à plus de 1000 offres d'emploi actualisées chaque jour