Administrateur territorial : fiche métier

Administrateur territorial : fiche métier

Fonction publique territoriale (FPT). Catégorie A. Secteur administratif. Métiers associés : directeur de service, secrétaire général.

Administrateurs territoriaux : tendance de recrutement

La profession est vieillissante et de nombreux départs en retraite sont attendus dans les 2 à 3 prochaines années. 400 postes annuels devraient être ouverts aux concours jusqu’en 2016.

La profession d’administrateur territorial

Les administrateurs sont des hauts fonctionnaires qui assurent des fonctions de direction des collectivités territoriales, des établissements locaux et des établissements de coopération intercommunale, capables d’initiatives et de responsabilités dans tous les domaines.

Ils exercent dans des collectivités locales de grande taille (plus de 40 000 habitants) souvent au poste de directeur général des services. Ce sont les principaux collaborateurs des élus pour la préparation et la mise en œuvre de leurs décisions pour le développement des territoires et des services à la population.

Le choix des orientations et des types de postes est vaste :
- directeur général des services,
- directeur général adjoint supervisant un groupe de directions,
- directeur d’une direction opérationnelle (formation professionnelle dans une région, solidarité dans un conseil général, développement économique dans une communauté d’agglomération, affaires culturelles dans une ville de plus de 40 000 habitants),
- directeur ou sous-directeur d’une direction fonctionnelle (finances, ressources humaines, informatique, moyens généraux, personnes âgées, politique de la ville, contrôleur de gestion),
- chargé de mission dans des domaines administratifs, financiers, économiques divers.

Administrateur territorial : qualités requises

Les qualités d’un administrateur territorial sont les suivantes :
- Capacités au management et à l’organisation de grandes structures.
- Connaissances juridiques, économiques et politiques très étendues.
- Capacités d’analyse et de synthèse.
- Sens du dialogue au plus haut niveau.

Le concours d’administrateur territorial

Le concours est organisé par le Centre national de la fonction publique territoriale (CNFPT).

Il est nécessaire d’être titulaire d’un diplôme de niveau II : licence ou équivalent. En raison de la sélectivité et de la rareté des postes, un master dans l’un des domaines suivants et vivement conseillé : économie, gestion, administration.

Les informations sur les épreuves sont disponibles dans la fiche Administrateur territorial : réussir le concours 2016-2017.

Après le concours d’administrateur territorial

Les lauréats suivent une formation de dix-huit mois (dont une année de stage) à l’Institut national des études territoriales (INET), à Strasbourg. Une partie de cette formation est conjointe avec les élèves de l’École nationale d’administration (ENA).

Rémunération mensuelle : à partir de 1 662 € brut jusqu’à 5 162 € en fin de carrière.

Selon les choix de mobilité, il est possible d’intégrer la fonction publique d’État (sous-préfet, conseiller de tribunal administratif, conseiller à la chambre régionale des comptes) ou la fonction publique hospitalière (directeur d’hôpital). Les administrateurs stagiaires ont également accès au corps d’administration de la ville de Paris (réservé jusqu’à maintenant aux élèves de l’ENA).


Informations complémentaires : Centre national de la fonction publique territoriale


Suivez toute l’actualité des recrutements des métiers de la Fonction publique
sur la page Facebook de Vocation Service Public.