Animateur : fiche métier

Animateur : fiche métier

Fonction publique : hospitalière, État et territoriale Catégorie B. Secteur social Métier associé : assistant socio-éducatif

Animateurs : tendance de recrutement

Les concours d’accès aux écoles préparant au diplôme d’État d’animateur sont annuels.

Environ 800 postes sont offerts chaque année :

  • La fonction publique hospitalière représente la moitié des postes dans les hôpitaux, les centres de soins pour personnes handicapées, les centres psychiatriques.
  • Les collectivités territoriales représentent le quart des recrutements par concours sur épreuves organisés par les Centres départementaux de gestion pour des emplois dans les centres communaux ou départementaux d’action sociale.
  • Les associations et l’Éducation nationale emploient le reste des animateurs pour les maisons de retraite, les centres d’accueil pour enfants et adolescents.

La profession d’animateur

Le métier recouvre deux réalités, l’une administrative avec une définition de poste, un grade et un statut ; l’autre, celle du terrain, faite de chaleur humaine, de jeux et de rires où l’animateur, par sa présence, sa capacité fédératrice à organiser des activités, permet à des publics souvent difficiles de s’évader, de progresser et de mieux supporter leur condition. Il assure le mieux-être des enfants, adolescents, personnes malades ou âgées.

Il n’y a qu’une dizaine d’années que les élus territoriaux et les responsables hospitaliers ont pris conscience de l’importance de l’animation dans le développement et quelquefois le maintien de la vie sociale pour des publics en situation difficile. L’animateur les aide à garder le goût de la vie et contribue à améliorer l’image qu’ils ont d’eux-mêmes.

  • Dans la Fonction publique territoriale, ils sont animateurs de loisirs, également appelés « animateurs socioculturels ». Dans une commune, un établissement intercommunal, un département ou une région, ils travaillent au sein d’un service enfance, jeunesse ou éducation dans le secteur périscolaire, les quartiers, pour la médiation sociale, le développement rural et la politique de développement social urbain. Ils organisent les activités de loisirs dans les maisons de quartiers, centres sociaux, « centres aérés », quelquefois au sein des établissements scolaires, et sont parfois sollicités dans le cadre des dispositifs d’insertion.
  • Dans la Fonction publique hospitalière, ils sont affectés à un établissement de soin (hôpital, centre de rééducation, maison de retraite, centre d’hébergement pour personnes handicapées, etc.). Ils sont responsables de l’animation au sein de l’établissement, assurent le choix des activités adaptées aux personnes accueillies et participent à leur mise en œuvre. Ils participent à l’élaboration et à la réalisation du projet d’établissement, des projets sociaux et éducatifs.

Devenir animateur : qualités requises

Le goût pour la communication et les relations humaines est la principale qualité nécessaire. L’animateur doit également être créatif pour inventer des activités adaptées aux possibilités intellectuelles et physiques des patients.

Une bonne organisation administrative sera un plus afin d’organiser les activités dans un cadre législatif de plus en plus contraignant.

Le diplôme d’État d’animateur

Pour se présenter à un concours d’animateur dans la Fonction publique, il faut être titulaire d’un DEFA (diplôme d’État relatif aux fonctions d’animation) délivré conjointement par le ministère chargé des Affaires sociales et par le ministère chargé de la Jeunesse et des Sports.

La validation des acquis professionnels est possible avec le BEATEP (brevet d’État d’animateur technicien de l’éducation populaire et de la jeunesse).

Ces formations sont dispensées par les écoles et instituts de formation des travailleurs sociaux. La liste par région est disponible sur le site : www.solidarite.gouv.fr

Devenir animateur : après l’obtention du diplôme d’État

Les concours d’animateur dans la Fonction publique

Une fois le diplôme d’État obtenu, il est possible d’intégrer la Fonction publique en se présentant à l’un des concours :

  • Dans la fonction publique hospitalière, les concours sont organisés de manière autonome par chaque établissement recruteur.
  • Pour la fonction publique territoriale, les Centres départementaux de gestion (CDG) organisent annuellement des concours dans chaque département.

Rémunération mensuelle

Les salaires bruts dans la fonction publique territoriale s’élèvent, en début de carrière, à 1 453 € brut et, en fin de carrière, à 2 602 € pour un animateur principal au dernier échelon.

Les salaires bruts dans la fonction publique hospitalière sont identiques à ceux de la fonction publique territoriale. Seuls le nombre et la répartition des échelons changent.

Dans un établissement « convention collective de l’enfance inadaptée » , un animateur perçoit 1 590 € en début de carrière, 2 700 € en fin de carrière.


Suivez toute l’actualité des recrutements des métiers de la Fonction publique sur la page Facebook de Vocation Service Public.