De grands changements en perspective pour l’État et les collectivités territoriales

De grands changements en perspective pour l'État et les collectivités territoriales

Le 7 janvier, lors de la présentation de ses vœux aux corps constitués, autrement dit, les représentants de la fonction publique, François Hollande a indiqué son intention de réformer un État "trop lourd, trop lent, trop cher" et de réaliser des économies "partout où elles seront possible". Le chef de l’État a ajouté "L’État doit changer pour être utile au pays" et vouloir réaliser cinquante milliards d’économies d’ici 2017.

Le Président souhaite agir sur les pesanteurs de la fonction publique et "chacun devra y prendre sa part : État, opérateurs, organismes sociaux mais aussi les collectivités locales" afin d’être plus efficace et dépenser moins pour "réformer l’État, le mettre en mouvement." en simplifiant la vie administrative.

Les efforts devront porter également sur la transparence d’une "organisation mystérieuse". “En même temps qu’il est sollicité – c’est le paradoxe que l’on connaît bien dans notre pays – l’État est jugé trop lourd, trop lent, trop cher … son organisation apparaît de plus en plus mystérieuse, avec ses agences, ses opérateurs, ses autorités."

Sur les collectivités locales et son mille feuilles "il est exact que l’enchevêtrement des compétences avec les collectivités locales paraît de plus en plus indéchiffrable."

En guise de conclusion, François Hollande a réaffirmé que "l’État n’est pas un but en soi, c’est un instrument au service de la nation."

La vidéo de l’intervention du chef de l’État