L’apprentissage, c’est aussi dans la fonction publique

L'apprentissage, c'est aussi dans la fonction publique

L’apprentissage a progressé en France de 2.1 %, selon le ministère du Travail, mais il reste encore peu développé dans la fonction publique. En janvier 2016, lors de ses vœux, François Hollande avait annoncé des objectifs et une hausse importante des apprentis dans la fonction publique : 2 178 contrats ont été signés en septembre 2015 et 10 000 sont prévus pour la rentrée 2016. Toutes fonctions publiques confondues, il y a aujourd’hui environ 13 000 apprentis.

Si la majorité des postes sont répartis dans les collectivités locales, l’État et les hôpitaux recrutent plusieurs centaines d’apprentis chaque année pour des formations de tous niveaux. Il est possible de préparer un CAP comme un diplôme de niveau 1 en apprentissage et pas seulement dans les domaines techniques. Il existe des contrats dans les secteurs des ressources humaines, de l’administration générale, des services juridiques ou des marchés publics.

Même dans la fonction publique, le contrat est de droit privé pour une durée allant de 1 à 3 ans. La rémunération est calquée sur les barèmes du secteur privé (% du SMIC selon l’âge). Mais le secteur public propose une majoration spécifique selon le diplôme préparé.

Le caractère privé du contrat d’apprentissage permet plusieurs fins de contrat. Il est bien sûr possible d’aller travailler pour une entreprise privée, mais la majorité des apprentis choisit de passer un concours administratif externe afin de bénéficier du statut de fonctionnaire. Une particularité du contrat d’apprentissage : il peut être renouvelé deux fois afin de préparer des diplômes supérieurs.

La bourse de l’apprentissage dans le secteur public