Les Armées, la variable d’ajustement des effectifs

Les Armées, la variable d'ajustement des effectifs

Lors de son intervention devant l’Assemblée Nationale, le nouveau chef des Armées, le général Pierre de Villiers a indiqué que la diminution des effectifs s’impose pour "la recherche d’une meilleure efficience". Derrière ces paroles, le projet de diminuer de 30 % l’état major qui passerait de 930 personnes à 600.

Il faut dire que l’objectif est ambitieux : moins 82 000 hommes en dix ans (soit un quart des effectifs…) afin de réduire la masse salariale. Pourtant, elle ne représente qu’une part minime du budget de la défense : 1 milliard sur un budget total de 31 milliards.

Comme les militaires ne peuvent ni se syndiquer ni protester, il n’y a aucun risque social à couper drastiquement dans les effectifs des armées. Mais si le gouvernement appliquait la même proportion dans les coupes d’effectifs des trois fonctions publiques, un quart des 5.8 millions de fonctionnaires ferait 1.4 million d’agents en moins !