Les métiers de la filière prévention-sécurité qui recrutent le plus en 2016-2017

Les métiers de la filière prévention-sécurité qui recrutent le plus en 2016-2017

En 2016, la Fonction publique aura recruté plus de 80 000 personnes : découvrez les métiers qui recrutent le plus dans la filière prévention-sécurité pour choisir celui qui correspond à votre niveau d’études et vos aspirations professionnelles.

Adjoint de sécurité

Aucun diplôme n’est exigé pour cette fonction tremplin vers les concours internes de gardien de la paix. Il faut avoir entre 18 ans et 30 ans, être doté d’une bonne acuité visuelle et de capacités physiques compatibles avec la fonction.

Après l’inscription, une sélection est organisée par département : examen du dossier, tests psychologiques, entretien devant une commission.

Les lauréats effectuent 12 semaines de formation en école de police avant d’intégrer un service où ils assisteront en uniforme les policiers dans leurs missions de prévention et de répression.

2 300 postes étaient disponibles en 2015. Pour les jeunes sans formation, une catégorie d’adjoint de sécurité, les cadets de la République, permet de cumuler formation en lycée professionnel, école de police, service actif et… préparation au concours interne de gardien de la paix.

Informations dans les commissariats et sur www.police-nationale.interieur.gouv.fr/Nos-metiers et www.lapolicenationalerecrute.fr/Concours-et-selections/Adjoint-de-securite.

Gardien de la paix

Le passage de la catégorie C à la catégorie B et la nécessité d’avoir le bac pour passer le concours ont revalorisé les fonctions du gardien de la paix. Il effectue toujours des patrouilles en uniforme pour la surveillance urbaine et assure la tranquillité publique au quotidien, mais il participe désormais à des actions de police judiciaire.

Revers de la médaille, sa part du travail administratif est en augmentation. Le concours externe est touché par une limite d’âge fixée à 35 ans au plus au 1er janvier de l’année du concours, et certaines aptitudes sportives sont requises pour passer les épreuves d’exercices physiques communes à tous les concours des services actifs de la police nationale.

Les perspectives de postes sont en forte hausse pour 2016. 2 925 postes seront ouverts aux concours généraux, auxquels s’ajoutent 325 postes à destination des bénéficiaires du code des pensions militaires d’invalidité et des victimes de la guerre. La période de retrait et de dépôt des dossiers se situe généralement en juin de chaque année.

Informations pratiques : www.police-nationale.interieur.gouv.fr/Nos-metiers et dans tous les commissariats de police.

Policier municipal

C’est la plus forte progression des effectifs (toutes fonctions publiques confondues) au cours des six dernières années avec + 40 %. La sécurité est au cœur des préoccupations des élus et les restrictions budgétaires de l’État aboutissent à un transfert d’effectifs vers la police municipale. Plus de 3 300 communes en sont dotées.

Chaque année, une centaine de nouvelles communes ou intercommunalités se dotent d’un service de police municipale, en particulier les petites et moyennes communes. Il reste donc une marge d’expansion importante, difficile à prévoir, mais qui pourrait se chiffrer à 2 000 postes par an.

Le premier grade, gardien de police municipale (catégorie C), est accessible sans bac mais avec un titre de niveau V et un concours de niveau troisième. Attention toutefois, l’admission comporte une épreuve sportive destinée à tester les aptitudes physiques des candidats.

La PM a des missions de police administrative et judiciaire pour la prévention et la surveillance du bon ordre, de la tranquillité, de la sécurité et de la salubrité publiques.

Elles assurent l’exécution des arrêtés de police du maire, constatent les infractions par procès-verbaux et dressent des contraventions dans des domaines de compétence limités. Elle n’a pas de pouvoir judiciaire et travaille en collaboration avec la police nationale en zone urbaine ou la gendarmerie en zone rurale.

Les évolutions de carrières permettent de devenir brigadier, brigadier-chef, chef ou directeur de police municipale.

Les CDG assurent les inscriptions et l’organisation des concours.

Sapeur-pompier professionnel

40 200 sapeurs-pompiers professionnels, 192 300 sapeurs pompiers volontaires et 12 400 militaires assurent l’organisation des services départementaux d’incendie et de secours (SDIS). Le premier grade de sapeur-pompier professionnel est accessible soit avec un diplôme de niveau V, soit après trois années en tant que sapeur-pompier volontaire.

La condition physique revêt une importance particulière dans le résultat des concours. Les spécialisations et les possibilités d’avancement par grade et par concours internes sont ensuite nombreuses. Le statut présente certains avantages en matière de départ à la retraite et de reconnaissance des années de service.

Les besoins vont s’intensifier dans les quatre à cinq prochaines années en raison des départs en retraite et les récentes mesures destinées à faciliter l’intégration des missions de secours dans la vie professionnelle et personnelle des pompiers devraient développer les vocations.

À lire dans la rubrique "actu" :
- Pompiers volontaires, plus de disponibilité
- Sapeurs-pompiers, un accord sur le logement

Informations : www.pompiers.fr, rubrique « devenir pompier ».

Sous-officier de gendarmerie

Entre 700 et 800 nouveaux gendarmes sont recrutés chaque année par le biais des concours de sous-officiers. Les lauréats sont formés dans l’une des cinq écoles de gendarmerie.

Le concours externe est accessible aux candidats âgés de 18 ans au moins et de 35 ans au plus au 1er janvier de l’année du concours, titulaires du baccalauréat (ou un diplôme ou titre enregistré et classé au moins au niveau IV) et reconnus aptes physiquement.

Il n’est pas possible de se présenter plus de trois fois à chacun des concours. Il existe un concours « voie professionnelle » ouvert sans condition de diplôme aux candidats justifiant d’une expérience professionnelle d’au moins une année en tant que volontaire dans les armées, adjoint de sécurité dans la police nationale, gendarme adjoint volontaire ou réserviste de la gendarmerie nationale. 480 postes leur avaient été réservés en septembre 2014.

Lors de la formation, les sous-officiers peuvent opter soit pour les services opérationnels, soit pour le corps de soutien technique et administratif. De nombreuses spécialités et métiers différents s’offrent aux lauréats : gendarmes mobiles, GIGN, motards, PGHM, maîtres de chiens, Garde républicaine.

Deux sites vous donneront toutes les indications : www.devenir-gendarme.fr et www.gendarmerie.interieur.gouv.fr/cegn ainsi que la caserne de gendarmerie la plus proche.

Gendarme adjoint volontaire (GAV)

La gendarmerie reste un des derniers ascenseurs sociaux de la République encore en fonctionnement. Le dispositif des GAV en est le meilleur représentant. Ce n’est pas un gendarme de carrière, mais il est intégré aux équipes opérationnelles pour seconder les sous-officiers.

Son premier contrat est compris entre deux et cinq ans maximum, renouvelable par un second contrat de trois ans. Le temps de mettre un pied dans la gendarmerie sans prendre un engagement à vie et surtout d’acquérir une formation, une qualification utile dans la recherche d’emploi si le volontaire ne s’engage pas à la fin de son contrat.

Environ 5 000 contrats sont signés chaque année. Après les tests de sélection, les GAV suivent une formation de 13 semaines dans l’une des écoles de gendarmerie : Chateaulin (29), Chaumont (52), Montluçon (03), Rochefort (17), camp de Beynes (78), Fontainebleau (77) ou Tulle (19).

Une formation complémentaire de 12 semaines sera ensuite dispensée dans l’unité d’affectation. À l’issue des deux premières années, le GAV peut tenter un concours interne pour intégrer le corps des sous-officiers.

Pour s’inscrire aux tests de sélection de GAV, aucun diplôme n’est demandé. Il faut avoir 17 ans révolus et moins de 26 ans à la date de dépôt de la candidature, être reconnu apte physiquement par un médecin servant dans la gendarmerie et ne pas avoir déjà échoué trois fois aux épreuves de sélection.

Deux sites vous donneront toutes les indications : www.devenir-gendarme.fr et www.gendarmerie.interieur.gouv.fr/cegn ou sur la page dédiée aux GAV : www.lagendarmerierecrute.fr/Inscription/Volontaires-GAV-APJA ainsi que la caserne de gendarmerie la plus proche.


- Pour quel métier public êtes-vous fait ? Faites le test exclusif et gratuit.

- Suivez toute l’actualité des recrutements des métiers de la fonction publique
sur la page Facebook de Vocation Service Public.