Cette rubrique est parrainée par la Banque Française Mutualiste

Pol, 29 ans, contrôleur du travail, candidat au concours d’inspecteur du travail

Pol, 29 ans, contrôleur du travail, candidat au concours d'inspecteur du travail

Je suis Contrôleur du Travail en section d’inspection (Cat. B+) à la DIRECCTE de Nice (DIrection Régionale des Entreprises, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de l’Emploi) depuis maintenant 2 ans.

Mon travail consiste à faire appliquer le droit du travail dans les entreprises, principalement de moins de 50 salariés. Mon rayon d’action touche l’ensemble du tissu économique : BTP, commerces, industrie, tertiaire ou des établissements sortant un peu de l’ordinaire tels que les théâtres, les parcs d’attractions, ou les concerts…

Le travail est vraiment varié, car le droit du travail est vaste, comprenant une partie hygiène-sécurité, un partie contractuelle (contrats de travail, temps de travail et toutes les subtilités qui existent dans cette législation) et une partie Institution Représentative du Personnel (Délégués du Personnel, membres du CE, du CHSCT, …).

Pour cela je partage mon temps entre les contrôles en entreprise et les permanences au bureau.

Après le bac, je souhaitais devenir professeur d’Histoire-Géographie dans le secondaire, car on nous annonçait que l’on allait manquer cruellement de professeurs dans les années à venir.

Tout naturellement, j’ai passé une Licence d’Histoire et j’ai intégré l’IUFM. Entre temps, la politique au niveau du recrutement avait changé, et les places se faisaient vraiment rares. Après avoir tenté deux fois le concours, je me suis redirigé vers les autres concours de la fonction publique.

J’ai eu la chance de pouvoir intégrer une Licence d’Administration publique dans un IPAG, ce qui m’a vraiment bien préparé. Je me suis inscrit à une dizaine de concours en ciblant la Fonction publique d’Etat, afin d’être certain d’obtenir un poste à la sortie. Je ne connaissais pas vraiment le monde de la fonction publique, et ne savais pas la diversité des postes à pourvoir. Je me suis alors documenté.

Le Forum Cap Public, par les témoignages dont il regorge, m’a permis de découvrir des métiers dont je ne soupçonnais pas l’existence. C’est ainsi que j’ai découvert le métier de Contrôleur du Travail.

« Je ne connaissais pas la fonction publique ni la diversité des postes à pourvoir ».

Après avoir réussi les écrits puis les oraux, je me suis retrouvé dans la période que redoutent tous les nouveaux agents de la FPE : les affectations. L’Administration nous a demandé de classer par ordre de préférence une trentaine de postes sur l’ensemble du territoire. C’est ainsi que j’ai été affecté en tant que Contrôleur stagiaire sur Nice.

Pendant un an, j’ai suivi une formation en alternance de 18 semaines entre Paris, afin d’apprendre les bases théoriques du métier de Contrôleur, et Nice, où j’ai appris le métier sur le terrain au contact de mes collègues.

Une fois terminée cette formation, j’ai été titularisé sur le poste sur lequel j’avais été affecté un an plus tôt, et je me suis jeté dans le grand bain ! Je sais que le passage concernant l’affectation va faire frémir plus d’un, mais pour vous rassurer, j’ai pu obtenir une mutation assez rapidement (2 ans) et revenir dans ma région d’origine.

Et même si l’éloignement fut difficile au départ, je suis très content d’avoir vécu cette expérience de démarrer dans une autre région.

Si j’ai décidé de passer des concours de la fonction publique et de ne pas me tourner vers le privé, il y a plusieurs raisons à cela. D’une part, pour la sécurité de l’emploi. D’autre part, j’avais envie que mon travail puisse aider les autres et qu’il soit le plus possible en harmonie avec mes convictions.

Aujourd’hui, le métier de Contrôleur du Travail me permet de côtoyer des personnes issues de milieux sociaux vraiment divers, ce qui est très enrichissant d’un point de vue professionnel et personnel. Il oblige à se former et se documenter continuellement afin de comprendre et de suivre le tissu économique qui nous entoure.

Enfin ce métier me permet aussi de ne pas rester derrière un bureau à longueur de journée mais d’être en contact avec le monde extérieur, ce qui est pour moi quelque chose de primordial. Je ne compte pas m’arrêter là.

Je prépare le concours d’Inspecteur du Travail. La fonction est quasiment identique à quelques attributions près, mais le salaire est plus conséquent.


- Pour intégrer la Fonction publique d’État, territoriale ou hospitalière…
Consultez nos 60 fiches-métiers détaillées.

- Vous aussi, vous êtes candidat, lauréat, ou fonctionnaire en poste, et vous souhaitez partager votre expérience, contactez-nous en cliquant ici.

Retrouvez d’autres témoignages dans le magazine gratuit Vocation Service Public.