Retraite additionnelle des fonctionnaires dans le collimateur de la Cour des Comptes

Retraite additionnelle des fonctionnaires dans le collimateur de la Cour des Comptes

La gestion de la retraite additionnelle des fonctionnaires mise en cause La Cour des comptes a rendu public un référé, le 14 mars 2013, qui pose la question de la gestion de la retraite additionnelle des fonctionnaires.

La retraite additionnelle est obligatoire pour 4,3 millions de fonctionnaires. Sa gestion est confiée à un établissement public à caractère administratif : l’Établissement de retraite additionnelle de la fonction publique (ERAFP) mais la gestion administrative du régime est assurée par la Caisse des dépôts et consignations. Actuellement l’ERAFP encaisse environ 850 millions d’euros de cotisations annuelles. Mais cette somme est très supérieure aux pensions versées aux agents retraités. D’après les estimations, en 2040, la caisse devrait avoir encaissé près de 60 milliards de cotisation et n’aura versé que 21 milliards de pensions aux agents. L’excédent représentant un "trésor de guerre" qu’il convient de placer.

L’inquiétude de la Cours des Comptes porte donc sur cet excédant, géré par la Caisse des Dépôts et consignations. Mais en 2009, l’ERAFP a augmenté sa détention d’obligations émises par des États en difficultés comme la Grèce, l’Irlande ou l’Italie avec une moins value de 650 millions d’euros fin de l’année 2011 Pour la cour des compte : “L’établissement public accumulera d’importantes réserves qui lui permettront de jouer un rôle important parmi les investisseurs institutionnels” et elle estime que la question de l’utilisation de cet argent doit être posée.


Voir en ligne : Le référé de la Cour des Comptes