Une Prépa Solidaire pour aider les jeunes de quartiers à intégrer la Fonction publique

Une Prépa Solidaire pour aider les jeunes de quartiers à intégrer la Fonction publique

« Prépa Solidaire » est une initiative locale et expérimentale au profit des jeunes de quartiers qui veulent intégrer la Fonction publique. C’est Brahim El Wahdani, cadre d’administration de l’État (inspecteur des finances publiques) et formateur, qui est à l’origine de la Prépa Solidaire. Il nous dévoile ici ses motivations et les enjeux de son action qu’il entend pérenniser et déployer sur la région des Hauts-de-France.

Brahim El Wahdani

Je m’appelle Brahim El Wahdani, j’ai 35 ans. Je me suis très tôt intéressé à la « chose publique », aux projets de mon quartier et au vivre-ensemble, notamment à travers le bénévolat associatif.

Cela m’a permis d’accéder à des responsabilités de montage, de recherche de financements et de mise en œuvre de projets collectifs qui ont forgé durablement mon sens de l’intérêt général et du service public, me permettant ainsi d’orienter mes études et de tracer mon devenir professionnel.

Mes parents sont arrivés en France au début des années 60. Mon père ouvrier et ma mère animant la vie du foyer comme un « véritable chef d’entreprise » avaient beaucoup d’attentes et d’espoir à l’égard de leurs enfants.

Ils ont considérablement investi le champ scolaire et tout mis en œuvre afin de m’offrir les meilleures conditions de travail possibles. Tout comme moi, ils visaient l’excellence !

Ma scolarité s’est faite en ZEP à Lille : collège Albert Camus, lycée européen Montebello et faculté de droit de Lille-Moulins.

Mais si j’enchainais les années d’études, le choix de passer les concours n’était pas une évidence pour moi, ne disposant à cette époque ni des informations ni des clés de lecture nécessaires à la maîtrise de mon orientation.

Le déclic s’est fait en troisième année d’université, avec la découverte du droit public des finances et d’un stage non obligatoire que j’ai eu l’opportunité de faire dans le domaine du contrôle des fonds européens. Ces derniers ont conforté mon choix pour le service public.

Avec une préparation solide et le soutien de mes parents, j’ai réussi le concours d’inspecteur du trésor et d’inspecteur des impôts (en 2007, la fusion n’avait pas encore eu lieu).

Aujourd’hui, à 35 ans, inspecteur des finances publiques détaché par la DGFIP auprès de la Cour des comptes (CRC Hauts-de-France), rien dans mes études ne me prédestinait à un tel parcours…

Ce parcours s’est doublé d’une expérience, à titre accessoire, dans la formation et l’enseignement auprès de candidats aux concours de la Fonction publique. J’ai été chargé de travaux dirigés en IPAG, puis intervenant à l’IRAet à la Prépa ENA de Sciences Po Lille.

J’ai souhaité partager cette compétence avec ceux des jeunes des quartiers prioritaires, qui, malgré leur potentiel réel et leur niveau de qualification, ne disposaient pas, en amont de leur préparation, d’informations pertinentes, de codes sociaux, de clés de lecture et d’éléments de langage propres aux différents et nombreux recrutements dans le secteur public (Classe Préparatoire Intégrée CPI, PACTE, concours…).

Plus important que l’apprentissage du droit, c’est au niveau du savoir-être et de la posture professionnelle qu’il faut agir. Il faut travailler sur l’environnement de ces jeunes diplômés ou non, pour susciter en eux l’envie de se projeter comme futurs agents de l’administration et leur (re)donner confiance.

Grâce au soutien de l’association Projet [1], dont le directeur a été séduit par l’idée originale et a mis à disposition une salle de travail, j’ai pu lancer dans mon quartier d’enfance une action bénévole de « préparation solidaire » basée sur une entraide de jeunes de quartiers : les uns, anciens lauréats de concours (catégorie A), les autres, candidats.

L’objectif n’est pas de concurrencer ce que peuvent offrir des préparations publiques ou privées déjà existantes, mais plutôt de pouvoir agir très en amont d’un projet professionnel « public », en repérant les talents cachés de nos quartiers, afin de les sensibiliser en les « prépréparant » à la Fonction publique.

Dans les quartiers prioritaires, l’égalité des chances face aux emplois publics passe avant tout par une « égalité » d’accès et de compréhension de l’information, puis par une préparation aux différents recrutements dans la Fonction publique (PACTE, CPI, Gendarmes Adjoints Volontaires, Cadets de la République…), voire de véritables préparations sous forme de « training » pour certains concours de catégorie A, B ou C.

L’accès à l’information, son exploitation à l’aide de grilles de lecture pertinentes et personnalisées, le choix des formations ou de parcours avec débouchés dans le public, les soins apportés à une candidature en vue d’intégrer une classe préparatoire intégrée (CPI) et des éléments de langage ou « mots-clés » adaptés au secteur public afin de « briller » devant un jury sont autant d’objectifs poursuivis par le projet. C’est en cela que ce projet est innovant.

Prépa Solidaire s’articule autour de deux axes :

  • un axe de sensibilisation pédagogique qui explique, « vulgarise » et détaille par exemple les conditions d’éligibilité et de candidature aux différents recrutements publics.
  • un deuxième axe de préparation : nous sommes là au cœur du dispositif, car c’est ce qui demande le plus de travail.

En termes de moyens humains, je m’appuie sur cinq bénévoles, anciens jeunes de quartiers devenus fonctionnaires de catégorie A et qui ont tous une expérience dans la formation.

Chaque samedi matin, les jeunes inscrits (32), répartis en deux groupes (concours A et concours B et C) suivent des séances de méthodologie aux épreuves de concours et des cours d’introduction au droit. Les séances sont fixées à l’avance dans le cadre d’un calendrier annuel.

De plus, quand les écoles de services publics ouvrent les recrutements pour leur CPI, une aide est apportée pour la lettre de motivation et des simulations d’entretiens sont organisées.

Exemples de modules proposés à un public disposant du brevet des collèges jusqu’au bac, toutes séries confondues :

  • Remise à niveau : règles principales de grammaire, commentaires de textes…
  • Apport méthodologique : QCM et tests psychotechniques.
  • Sensibilisation sur l’actualité des recrutements et concours en cours (Cadets de la République, GAV, CPI catégorie B, concours commun C) et sur la stratégie de préparation.
  • Apport de connaissances générales sur la Fonction publique (corps et cadres d’emplois, culture administrative, déontologie du fonctionnaire…).

Pour les jeunes diplômés (bac jusqu’au doctorat), les séances abordent de façon concrète la méthodologie de la note de synthèse, de la dissertation, des QRC… Un apport de connaissances générales en droit public leur permet d’aller à des concours pour « se tester » avant de passer le vrai concours ou de candidater à une classe préparatoire intégrée.

Tous ces modules orientés « concours » sont nécessaires avant toute inscription à un dispositif ou autre recrutement public. L’apport méthodologique par exemple doit être le fil conducteur des séances et doit permettre l’acquisition de réflexes le jour du concours et lutter contre la « copie blanche ».

Fatiha, titulaire d’un BAC STG, élève Prépa Solidaire

« Je fais partie des heureux élus qui bénéficient des cours de la classe Prépa Solidaire. Toujours un peu difficile de faire l’impasse sur les grasses matinées les samedis matin, mais jamais déçue pour autant ! Bien au contraire, après les cours, j’ai toujours la même réflexion : « J’ai bien fait de faire l’effort de venir, ce cours en valait la peine. » Les cours sont bien structurés, intéressants et surtout instructifs ! S’ajoutent à tout ça des moments de partage avec tous les intervenants et les élèves. J’en apprends tous les samedis, et ça me conforte dans le choix de faire une CPI et passer les concours de catégorie B. J’ai rarement vu une équipe d’enseignants aussi impliquée, qui assure un suivi personnel de tous les élèves ! Toutes les conditions sont réunies pour que je réussisse… »

Les partenaires de Prépa Solidaire sont en premier lieu les écoles du service public. La région des Hauts-de-France compte 5 CPI : une école régionale (IRA de Lille) et 3 écoles administratives à compétences nationales (ENPJJ - École nationale de la protection judiciaire de la jeunesse, END - École nationale des douanes, ENTE - École nationale des techniciens de l’environnement).

L’innovation est d’ordre social et professionnel car à travers cette action, il s’agit de repérer les talents cachés dans les quartiers difficiles, se donner l’ambition de les identifier et de les encourager. Pour ceux qui souhaitent intégrer la Fonction publique, de les sensibiliser et de les « coacher » dans leur insertion professionnelle tout en les associant aux valeurs du service public en tant que futurs agents publics.

Les maîtres mots : Solidarité, Laïcité, Égalité sont les valeurs fondatrices de Prépa solidaire. Cette action contribue aussi à la prévention de l’exclusion : un épanouissement professionnel ne peut que prévenir l’exclusion ou la marginalisation.


- La Fonction publique, accessible à tous ? : Brahim El Wahdani dément les 6 idées reçues à dépasser avant de s’autoriser à passer un concours de la Fonction publique.

- Découvrez les 3 étapes-clés pour réussir son concours selon Brahim El Wahdani.

- Pour rester informé des « Alertes concours » et des « Alertes recrutements sans concours », suivez-nous sur la page Facebook Vocation Service public !


[1Au cœur d’un quartier lillois caractérisé par la diversité de ses habitants, l’association Projet/Centre Social - Maison de Quartier du Faubourg de Béthune, avec ses 3 000 adhérents, constitue depuis 2002 une structure-référence assurant un véritable rôle de « facilitateur » des projets proposés par les habitants. Investissant le champ de l’innovation sociale, il met en œuvre et soutient la Prépa solidaire. Ce soutien matériel, logistique et financier est déterminant pour la pérennisation de l’action. Contact : Maison de quartier du Faubourg de Béthune - 65 rue Saint-Bernard - 59000 Lille Tél. : 03 20 92 21 49