Préparer les concours et examens professionnels pour évoluer dans la Fonction publique

Différents types de concours et examens professionnels permettent aux agents de la Fonction publique d’accéder à une promotion de grade, de changer de corps ou de cadre d’emplois, ou d’intégrer un autre versant de la Fonction publique que celui à laquelle ils appartiennent. Des préparations à ces concours et examens professionnels sont inscrites dans les plans de formation proposés aux agents.

Concours et examens professionnels : de quoi s’agit-il ?

Il peut s’agir d’un :

  • Concours externe : il est destiné aux candidats (issus ou non de la Fonction publique) possédant un niveau de diplôme déterminé.
  • Concours réservé : il est organisé pour un public particulier et limité (agents contractuels de la Fonction publique avec une certaine ancienneté, travailleurs handicapés, militaires en fin de contrat, etc.).
  • Examen professionnel : il est ouvert aux fonctionnaires titulaires dans le cadre de la promotion interne, en vue d’un changement de grade ou de corps.

Qui peut bénéficier d’une formation de préparation à ces concours et examens professionnels ?

Les agents titulaires peuvent bénéficier des formations proposées par leur administration pour les préparer à ces concours et examens professionnels.

De même, ces formations sont ouvertes aux :

  • agents civils contractuels ;
  • ouvriers de l’État s’ils remplissent les conditions requises pour se présenter à ces concours, au plus tard à la fin du cycle de formation ;
  • salariés employés sous contrat unique d’insertion dans la fonction publique hospitalière ;
  • assistants maternels et familiaux employés par les collectivités territoriales et leurs établissements publics (fonction publique territoriale).

Quand et comment suivre une formation de préparation à un concours ou examen professionnel ?

Une formation de préparation aux concours et examens professionnels peut être suivie :

  • en présence des bénéficiaires,
  • par correspondance,
  • ou en ligne.

Elle peut être prise en compte sur le temps de service des fonctionnaires, partiellement ou dans son intégralité. Une décharge peut en effet être accordée.

Le compte personnel de formation (CPF) et le congé de formation professionnelle peuvent être utilisés pour préparer les concours et examens professionnels.

Comment l’expérience professionnelle des agents est-elle prise en compte dans les concours internes et examens professionnels ?

Épreuve de concours internes et d’examens professionnels, la reconnaissance des acquis de l’expérience professionnelle (RAEP) permet de mieux apprécier la personnalité, les aptitudes et les motivations de l’agent.

À partir d’un dossier personnalisé, préparé à l’avance, le candidat doit valoriser son parcours professionnel et mettre en évidence ses atouts et potentiels.

La RAEP comporte 2 étapes :

  • la présentation d’un dossier écrit (noté ou non), destiné à se mettre en valeur en présentant ses compétences, ses aptitudes, ses savoir-faire et ses qualités tout en donnant une idée précise au lecteur de son parcours professionnel ;
  • un entretien oral avec un jury (sur la base du dossier écrit), où le candidat présente son parcours pendant une dizaine de minutes puis dialogue avec le jury pendant 15 ou 20 minutes.

Comment accéder à un concours de la fonction publique sans le diplôme requis ?

La reconnaissance d’équivalence de diplômes (RED) ou de l’expérience professionnelle (REP, à ne pas confondre avec la RAEP) permet de se présenter à un concours sans avoir le diplôme minimum requis (mais elle ne permet pas l’obtention de ce diplôme, contrairement à la VAE).

Elle peut être utile aux agents qui souhaitent se présenter à un concours qui n’est pas ouvert en interne ou qui n’ont pas encore l’ancienneté requise pour le concours interne.

Pour en bénéficier, les candidats doivent justifier :

  • de qualifications au moins équivalentes attestées par un diplôme ou un titre autre délivré en France, dans un autre État membre de la Communauté européenne ou dans un autre État partie à l’accord sur l’Espace économique européen ;
  • ou de tout autre diplôme ou titre d’un niveau équivalent à celui sanctionné par le diplôme requis ;
  • ou d’une expérience professionnelle.

Cette procédure ne s’applique pas aux concours qui nécessitent un diplôme spécifique (sage-femme, médecin, infirmier…).

Textes de référence :