Laure, 45 ans, devenue adjointe administrative suite à un reclassement

Laure, 45 ans, devenue adjointe administrative suite à un reclassement

Fonctionnaire territoriale, Laure est devenue inapte à exercer son travail en école suite à des problèmes de santé. Une formation lui a permis de poursuivre sa carrière dans un nouvel emploi. Elle raconte son parcours.

J’ai toujours voulu travailler auprès des enfants. Aussi, après l’obtention de mon BEP carrières sanitaires et sociales, je poursuis mes études dans le cadre d’un bac F8 dans le médico-social (ST2S actuellement). Au cours de ma première, je décide de m’inscrire au concours d’auxiliaire de puériculture (je le passe 3 fois avant d’obtenir le précieux sésame qui ouvrirait les portes de mon rêve). Puis, je poursuis mes études en réalisant mon année de formation à l’école de formation du CHU de Reims : là, j’obtiens mon certificat d’aptitude aux fonctions d’auxiliaire de puériculture.

Ensuite, je travaille en halte-garderie, je garde des enfants à domicile, je travaille en pouponnière, en maternité, en centre aéré… La pouponnière ne me renouvelle pas mon contrat… À cette période, je n’ai plus de travail, les remplacements à la maternité étaient peu fréquents, j’aurais peut-être eu une opportunité à Paris mais j’avais toutes mes attaches à Reims, je ne pouvais pas tout lâcher.

La directrice du centre aéré me conseille de postuler pour la ville de Reims. C’est que je fais car je souhaitais travailler auprès des enfants dans les écoles maternelles, en devenant fonctionnaire, j’avais une sécurité d’emploi et une possibilité pour évoluer professionnellement grâce aux concours.

Nous sommes en janvier 2000 et je commence mes premiers remplacements en école maternelle. Là, j’ai eu beaucoup de chance pour un remplacement de 15 jours dans cette école maternelle. J’y suis restée 15 ans, me permettant de suivre l’évolution des enfants, car je les ai également encadrés ensuite en élémentaire qui dépendait du même groupe scolaire. On me titularise en 2003 à mi-temps après une année de stage.

Puisque le CAP petite enfance est nécessaire pour pouvoir exercer dans les écoles maternelles malgré mon certificat professionnel d’auxiliaire de puériculture, c’est alors qu’à 35 ans je retourne sur les bancs de l’école afin de passer une VAE (validation des acquis de l’expérience). J’obtiens ce CAP et je peux désormais tenter le concours d’ATSEM que je n’obtiens pas.

En 2010, je suis titulaire à temps complet, toujours dans les écoles, mais avec un besoin de me rapprocher de ma famille aussi. Je souhaite travailler en école élémentaire en qualité d’agent d’entretien où j’ai le grade d’adjoint technique de 2e classe, et ceci jusqu’à 2013 où mes premiers soucis de santé commencent et s’accentuent jusqu’en 2015. Un reclassement et une adaptation de poste sont alors envisagés.

En 2016, le 29 février, je reprends mon travail dans les écoles maternelles sur un mi-temps thérapeutique et, dans le même temps, me posant des questions sur mes capacités et voulant être active pour mon reclassement, je décide de demander au service formation de ma collectivité un bilan complet de compétences qui a montré mes autres capacités et, notamment, celles de pouvoir devenir agent administratif. Puis, en septembre, je travaille dans une autre école mais d’autres soucis de santé sont venus se greffer de nouveau.

Après plusieurs mois en maladie, devenue inapte sur mon poste de travail dans les écoles, j’avais vraiment besoin de me sentir capable de pouvoir faire autre chose, de revoir du monde, bref d’avoir de nouveau une vie sociale… C’était pour moi très important.

La proposition d’une formation au métier d’adjoint administratif polyvalent, alternant théorie et pratique, a été pour moi une exceptionnelle opportunité. C’est le Centre de gestion de la Marne, en partenariat avec le Fonds pour l’insertion des personnes handicapées dans la fonction publique
(FIPHFP)
et le CNFPT de Champagne-Ardenne, qui l’a organisée.

Cette formation a été une totale réussite grâce aux formateurs très professionnels dans leur domaine de compétences, qui nous ont beaucoup donné, à la dynamique de groupe de tous les participants très motivés à cette formation, à la polyvalence des divers modules proposés, bien sûr à l’accueil qui nous a été réservé par tous les professionnels dans les services lors de nos stages pratiques, sans oublier le soutien des tuteurs qui nous ont accompagnés en nous proposant des lieux de stage et en prenant en compte nos capacités.

Mon objectif principal était mon reclassement professionnel. Aujourd’hui, grâce à cette formation complète, c’est chose faite : je suis désormais agent administratif auprès de la DRH et c’est pour moi un vrai bonheur ! Je me sens totalement intégrée à cette nouvelle équipe où je mets à profit mes toutes mes nouvelles compétences acquises.

Merci à toutes les personnes qui ont permis cette reconversion professionnelle. Je souhaite vraiment que cette expérience puisse être renouvelée pour permettre au plus grand nombre en situation de reclassement de pouvoir s’épanouir tout comme moi sur un nouveau poste.


Retrouvez d’autres témoignages d’agents publics qui ont réussi leur projet de mobilité professionnelle.