S’engager dans le service public de santé

S'engager dans le service public de santé

Frédéric Valletoux, vous présidez la Fédération hospitalière française qui représente plus de 1 000 hôpitaux publics et environ 3 200 établissements médico-sociaux. Comment définir aujourd’hui le service public de santé ?

La ressource humaine est la première ressource du service public de santé.
Pour la FHF, le service public de santé regroupe l’ensemble des missions traditionnelles du service public hospitalier et du service public médico-social sur un territoire : soins, prise en charge des personnes dépendantes ou handicapées, enseignement et recherche en santé.

Ces missions sont complétées par celles relatives à la prévention, à l’éducation sanitaire ou thérapeutique, à la connaissance des données épidémiologiques ou encore à la lutte contre les grands fléaux de santé publique.

Cette vision globale d’un service public de santé doit permettre de mieux structurer sur les territoires les services qu’il développe, de mieux répondre aux attentes de la population et aux exigences d’une utilisation rationnelle des moyens.

Pour la FHF, les valeurs du service public de santé doivent permettre de lutter contre les inégalités d’accès aux soins et aux prises en charge et d’assurer le déploiement des actions de santé publique sur les territoires. Elles doivent également être en mesure de corriger les inégalités de moyens entre les différents acteurs de santé et entre les territoires.

Ces valeurs universelles constituent le fondement du service public de santé. Elles reflètent également l’engagement quotidien de tous les personnels :

  • engagement pour des soins et des prises en charge pour toute la population, sans discrimination d’aucune sorte, notamment financière ;
  • engagement de promouvoir la santé publique et d’offrir des soins gradués sur l’ensemble du territoire, accessibles à chaque instant ;
  • engagement de soins pertinents et de qualité, en tout temps et en tout lieu.

Quelles sont les missions de la FHF en matière de ressources humaines ?

La FHF assure une triple mission d’information, de représentation et de stratégie de groupe en matière RH. À ce titre, elle assure des missions dites de service aux adhérents (veille juridique, forum), mais aussi de représentation des établissements au niveau national.

Elle s’est fortement engagée sur la prévention de l’absentéisme ou encore sur l’accompagnement des établissements dans le cadre de la mise en place des groupements hospitaliers de territoire.

Dans cette période de réforme profonde, il est important que la FHF puisse faire entendre la voix des professionnels des ressources humaines auprès des pouvoirs publics. L’hôpital prend soin de nous, il faut prendre soin des professionnels.

Avec les groupements hospitaliers de territoire (GHT), le système de santé accélère sa réorganisation. Quelles sont les conséquences prévisibles sur l’emploi dans ce secteur ?

L’objectif des groupements hospitaliers de territoire est d’offrir une offre de soins publique de qualité sur le territoire pour l’ensemble des patients, grâce à la mise en œuvre de filières de soins définies dans un projet médical partagé de groupement.

Il s’agit également d’organiser en commun certaines activités comme la radiologie, la pharmacie ou la biologie, ainsi que quelques fonctions comme la gestion du système d’information ou les achats.

Actuellement, les établissements sont dans une phase de construction du projet médical d’établissement et de discussion sur la mise en œuvre des fonctions mutualisées.

À court terme, les conséquences sur l’emploi, les modes de recrutement et la mobilité des personnels seront donc probablement assez faibles.

À plus long terme, en fonction du projet médical partagé établi par les établissements, et selon les modalités d’organisation adoptées par chaque GHT, des conséquences pourront apparaître, notamment sur les modes de recrutement et sur la mobilité du personnel.

La FHF a effectué un important travail sur la gestion des ressources humaines dans le cadre des GHT. Cependant, il est aujourd’hui trop tôt pour estimer les conséquences de manière générale pour l’ensemble des groupements hospitaliers de territoire constitués en France.

Parallèlement à ces changements en cours, les besoins de recrutement évoluent.

Quelles sont les préoccupations des responsables de la fonction RH ?

La 5e édition des Rencontres RH de la Santé a réuni à la Baule les 3 et 4 octobre 2016 plus de 200 acteurs de la fonction RH. Ce moment fort d’échanges d’expériences et de confrontation de points de vue a été l’occasion de présenter aux professionnels hospitaliers les résultats du premier baromètre FHF-Obea des enjeux en matière de ressources humaines (RH).

Cette enquête, menée auprès des chefs d’établissement, directeurs des ressources humaines (DRH) et directeurs des affaires médicales (DAM) des établissements publics sanitaires, sociaux et médico-sociaux adhérents à la Fédération hospitalière de France, met en lumière la nécessité de cesser les injonctions paradoxales pour redonner du sens à la gestion des ressources humaines hospitalières, élément stratégique pour l’attractivité de l’hôpital public.

Il en ressort également le constat d’un niveau très élevé d’engagement des professionnels vis-à-vis de leur métier (97 %), des valeurs de service public (80 %) et de leur établissement (75 %) qui doit être salué et constitue une véritable force pour relever les défis à venir.

Liés aux départs en retraite, quels sont actuellement les métiers qui recrutent le plus ? Quels sont les métiers « en tension » ?

Les départs en retraite des infirmiers et des aides-soignants sont les plus nombreux car ils représentent la part la plus importante des soignants.

Les manques nationaux sont les infirmiers en bloc opératoire ainsi que les infirmiers anesthésistes. Il y a également un déficit de cadres de santé de proximité, ce qui fragilise l’accompagnement des réformes et le suivi des agents et de leurs conditions de travail.

Dans les hôpitaux publics, le métier de kinésithérapeute est en tension, alors que dans les établissements médico-sociaux, ce sont les infirmiers. Les établissements aujourd’hui procèdent à des « prérecrutements », c’est-à-dire constituent des « viviers » qu’ils pourront solliciter en cas de besoin soit inopiné, soit plus prévisionnel.

Les qualifications recherchées sont de tous les grades, mais l’hôpital recrute aussi des professionnels sans qualification.

Quels sont les conseils que vous pourriez donner à celles et ceux qui veulent rejoindre le service public de santé ?

Il faut être engagé ! Les métiers du soin, du social, de la rééducation sont des métiers à fortes compétences et portant des valeurs fortes. Il faut donc s’y former et s’y investir.

Pour aller plus loin

Le site de la FHF, www.fhf.fr, permet de suivre l’actualité institutionnelle et réglementaire, ainsi que les initiatives les plus remarquables des établissements en matière de gestion et d’organisation médicale. Il propose également des services en ligne, dont un annuaire des établissements et des professionnels, et la publication de plus de 3 500 offres d’emploi en ligne.


À lire aussi pour en savoir plus sur l’entrée et la carrière dans le service public de santé :
- Métiers de la santé, du social et du paramédical : avez-vous le profil ?
- Comment intégrer la Fonction publique dans le secteur de la santé et du social
- Métiers des secteurs santé-social-paramédical : quel sera votre statut ?