Perrine, 28 ans, infirmière formatrice dans un IFSI

Perrine, 28 ans, infirmière formatrice dans un IFSI

J’ai été amenée à m’orienter vers le service public car j’y ai fait mes études et je ne me suis même pas posé la question. Quand j’ai débuté mes études d’infirmière, je ne connaissais pas trop le système privé de la santé. Il était pour moi non envisageable de travailler dans une clinique. Le service public, et plus précisément l’hôpital public, représente pour moi un accès aux soins pour tous, sans notion de critère social : que l’on soit millionnaire ou modeste, la personne sera prise en charge…

Mon parcours scolaire ne s’est pas fait de façon linéaire. Après l’obtention d’un baccalauréat scientifique, j’ai décidé de faire une faculté de médecine. Je me suis vite rendu compte que le système fac ne me convenait pas. J’ai donc passé mon concours d’entrée à l’école d’infirmières (de Poitiers) où j’ai été admise.

Mes études se sont déroulées sans encombre en 3 ans et 2 mois. Je suis diplômée depuis 5 ans (déjà). Je travaille dans la fonction publique hospitalière depuis 5 ans.

L’idée de servir l’intérêt général pour moi est très importante. L’idée qu’il y ait une égalité dans la société semble pour moi importante, être fonctionnaire permet d’avoir une sécurité de l’emploi et de pouvoir évoluer.

J’ai fait ma préparation au concours d’entrée à l’école d’infirmières par correspondance. Cela s’est très bien passé puisque je l’ai obtenu du premier coup.

La formation s’est déroulée sur des temps de formation théorique et des temps de stage pratique. Cette formation par alternance m’a permis de me former convenablement.

À la sortie de l’école, l’hôpital où j’ai été formée m’a proposé un poste que j’ai accepté. J’ai fait un peu de chirurgie (quelques mois) et j’ai fait 5 ans de médecine et dans ce service, il y avait des lits portes (rattachés aux urgences, ils s’agit de lits post-urgences) et aussi des lits dédiés aux soins palliatifs. Expérience très riche mais qui demande beaucoup d’énergie et de disponibilité.

La prise de poste a été plus ou moins compliquée dans la mesure où je connaissais le service pour y avoir passé la pratique de mon diplôme d’État. Le fait d’être diplômée et autonome dans sa nouvelle fonction demande un temps d’adaptation de la part de tous les professionnels.

Je suis actuellement en phase de changement, en effet je viens de changer de poste. Je n’exerce plus mon métier d’infirmière dans un service hospitalier, puisque je travaille actuellement dans institut de formation en soins infirmiers (IFSI), rattaché au ministère de la Santé, en tant que cadre faisant fonction formateur.

L’institution publique m’a permis cette évolution. C’est un institut qui forme des aides-soignantes et des infirmières. Pour le moment je ne suis pas sur une coordination de promotion dans la mesure où je suis en phase de découverte, mais ça ne saurait tarder…

Pour ce changement de poste, il s’avère que j’ai fait preuve d’un peu de culot. J’ai envoyé spontanément une lettre de motivation et mon profil a intéressé l’école. Dans un premier temps, la directrice de l’école m’a dit qu’elle n’avait pas de poste pour moi car n’ayant pas le diplôme de cadre, elle ne souhaitait pas retenir ma candidature m’expliquant que le budget était réservé pour un professionnel de santé cadre. Finalement, elle est revenue sur sa décision.

La formation m’a toujours beaucoup plu ; j’ai souvent participé à l’encadrement des étudiants dans le service médecine et j’ai également été investie pour la correction des TIRSI (travail d’initiation à la recherche en soins infirmiers), c’est-à-dire aux mémoires de fin d’études des étudiants infirmiers.

Si je pouvais donner un conseil à celles et ceux qui voudrait suivre le même chemin que moi, je dirais que la Fonction publique offre de belles perspectives de carrière. Le concours d’entrée à l’école d’infirmières n’est pas facile mais avec du travail et de la motivation, il reste accessible. La formation demande beaucoup d’investissement et parfois de remises en question mais elle aboutit à un métier formidable qui allie technique et relation.