Reys, kinésithérapeute à l’hôpital

Reys, kinésithérapeute à l'hôpital

À l’hôpital, le kiné accueille les patients dans l’étape la plus grave (dite étape aigüe). Par exemple, si le patient a fait un AVC, c’est le kiné qui va mettre en place le protocole pour que le patient récupère les facultés de base. Après la phase aigüe, on passe alors à la phase chronique, qui comprend également les kinés respiratoires.

L’intérêt de travailler à l’hôpital, pour un kiné, c’est de prendre en charge le patient dès l’étape aigüe. En libéral, on traite plutôt les stades chroniques (lombalgies chroniques, prothèses des genoux ou des hanches, etc.).

L’hôpital demande beaucoup d’énergie, mais nous sommes récompensés en assistant à toute l’évolution du patient (après une opération ou un AVC). Si l’hôpital manque de kinés, c’est probablement à cause des salaires qui ne sont pas aussi élevés qu’en libéral. Mais travailler en équipe, participer aux réunions de staff avec les médecins, ça n’a pas de prix.


- Découvrez tous les métiers de l’hôpital.

- Pour quel métier public êtes-vous fait ? La réponse avec notre test exclusif et gratuit.