Olivier, 49 ans, prépare une VAE pour obtenir le diplôme d’éducateur technique spécialisé

Olivier, 49 ans, prépare une VAE pour obtenir le diplôme d'éducateur technique spécialisé

Cuisinier devenu éducateur technique spécialisé contractuel dans la Fonction publique, Olivier prépare une VAE en vue d’obtenir le diplôme correspondant à ses fonctions. Il raconte son parcours.

Après avoir obtenu 3 CAP différents dans les métiers de bouche, j’ai travaillé à partir de 1986 dans le privé, notamment en ouvrant mon propre restaurant. Je suis entré pour la première fois dans la Fonction publique en tant que cuisinier contractuel. Puis je suis reparti dans le privé, pour retourner dans la Fonction publique quelques temps après : j’ai été recruté en CDD en tant qu’adjoint technique (catégorie C) à la protection judiciaire de la jeunesse (PJJ) il y a 4 ans.

Je suis cuisinier dans un restaurant pédagogique : mon rôle dépasse largement celui d’un adjoint technique puisque je suis en contact permanent avec les jeunes. Je contribue à les réinsérer et à les éduquer en les formant aux métiers de la restauration dans la cuisine de notre restaurant pédagogique, en les aidant à trouver des stages, notamment grâce à mon réseau dans la région, en proposant des actions éducatives, etc.

Depuis septembre dernier, j’ai été recruté à nouveau en CDD, mais cette fois en tant qu’éducateur technique de la PJJ (catégorie B), ce qui correspond mieux à mes missions, même si je n’ai pas les diplômes habituellement nécessaires.

Mon statut précaire de contractuel, mon goût pour mon métier et le désir de faire reconnaître mes compétences m’ont amené à me renseigner sur la VAE en septembre-octobre 2017. J’ai rempli le premier dossier de demande de recevabilité et reçu une réponse positive en décembre 2017. Mon employeur a accepté de financer ma VAE (1600 €) et de me laisser suivre les 24 heures d’accompagnement sur mon temps de travail.

En juin 2018, j’ai pu commencer à préparer ma VAE pour obtenir un diplôme de niveau bac + 3, celui d’éducateur technique spécialisé. J’ai 12 rendez-vous de 2 heures avec un formateur à Dijon qui m’aide à préparer mon dossier, notamment en le relisant : il me conseille de développer telle ou telle partie, d’en reformuler une autre… Entre deux rendez-vous, je dois faire des recherches et poursuivre la rédaction.

Certains week-ends, j’arrive à travailler 5 ou 6 heures, et d’autres, je n’avance pas du tout, en particulier pendant certaines périodes où je suis plus fatigué. Heureusement, je suis très soutenu par mes collègues qui croient beaucoup en mon projet et qui m’aident à me remémorer et à analyser des situations que nous avons vécues et que je développe dans mon dossier. Mon épouse aussi m’encourage beaucoup et m’aide à rédiger.

C’est une expérience très enrichissante. J’ai toujours eu soif d’apprendre et la VAE est pour moi l’occasion de faire le point et de reconnaître ces compétences que j’ai réussi à acquérir au cours de mon parcours professionnel, tout en les approfondissant : la rédaction du dossier m’amène à faire des recherches que je n’aurais pas eu l’occasion de faire dans l’exercice habituel de mes fonctions, et l’accompagnement dont je bénéficie me permet de faire des rencontres professionnelles très intéressantes, de comparer nos pratiques…

J’ai jusqu’au 1er février 2019 pour rendre le dossier. Puis je serai convoqué pour l’oral avec le jury qui est une étape très importante. J’espère bien sûr obtenir la validation totale de mon diplôme. Puis je verrai si je peux rester sur mon poste actuel ou si je trouve un travail ailleurs : ce diplôme m’ouvrira de nouvelles possibilités.

J’encourage tous ceux qui le souhaitent à se lancer dans une VAE, mais à deux conditions :

  • avoir 3 à 5 ans d’expérience professionnelle dans le domaine du diplôme souhaité ;
  • être accompagné par un formateur spécialisé et soutenu par son entourage professionnelle et familial.

Retrouvez d’autres témoignages d’agents publics qui ont réussi leur projet de mobilité professionnelle.